vendredi 30 janvier 2015

Claude Bartolone : valeurs à géométrie variable ?

Un jury de sept journalistes politiques a  décidé d'accorder à Steeve Briois le prix "d'élu local de l'année" (1). Que des journalistes politiques préfèrent attribuer des prix à des élus (vive l'entre-soi !) plutôt que d'informer le public sur les suites de l'audition de Valérie Trierweiler le 15 décembre dernier (2), analyser l'usage élu par élu de leur indemnité forfaitaire de représentation (IRFM) ou détailler la liste des villes qui ont emprunté en francs suisses, passons. 

Steeve Briois, c'est qui ? C'est un Ch'ti de 42 ans, gay selon Libération (3) ou Yagg (4), maire de la ville d'Hénin-Beaumont depuis 2014 et député européen élu aux élections européennes de juin 2014. C'est aussi et surtout un membre du Front National. En tant qu'élu, Briois n'est donc, a priori, ni plus ni moins méprisable que les autres élus, surtout en comparaison de ceux condamnés par la justice mais qui continuent à siéger à l'Assemblée Nationale, comme Sylvie Andrieux (5).
Les journalistes politiques ont récompensé Briois afin de saluer le travail d'implantation locale effectué par le parti d'extrême droite.  

Ce prix, apparemment, il ne fait pas l'unanimité : 


Mais c'est surtout Claude Bartolone, le président de l'Assemblée Nationale, qui s'est fait remarqué. Attention, Claude Bartolone, c'est un modèle ! Il emploie sa femme à l'Assemblée Nationale (6), il cumule plusieurs fonctions (député de la 9e circo. de la Seine-Saint-Denis, président de l'Assemblée nationale, conseiller municipal du Pré-Saint-Gervais et conseiller communautaire), il vote contre l'amendement Courson sur la fiscalisation de l'Indemnité Représentative de Frais de Mandat (I.R.F.M.) , mais qu'est ce que tout cela à coté du fait d'être socialiste ?

Et qu'est ce qu'il a fait, à l'occasion du prix remis à Briois ? C'est simple : Bartolone a refusé d’assister à la remise du prix « d’élu de l’année » de Briois. Pour quel motif ? Parce qu'il "ne me voyais mal partager une coupe de champagne et des petits fours avec le membre d’un parti dont le président d’honneur avait évoqué les chambres à gaz comme étant un point de détail de l’histoire" Pour Claude Bartolone, le FN n'est pas un parti comme les autres. (7).

Cette fidélité de Claude Bartolone aux valeurs de lutte contre le fascisme et ses héritiers, le président de l'Assemblée Nationale pourrait s'en enorgueillir. Hélas, elle tombe doublement à plat. 

D'abord, Claude Bartolone n'est pas cohérent quand il veut à tout prix établir des filiations idéologiques définitives entre les différents membres du FN, liens qu'il n'établit pas pour ses collègues du Parti Socialiste.
Claude Bartolone part du principe que puisque Jean-Marie le Pen est un révisionniste en relativisant l'importance de la shoah, sa fille l'est également. Dans ce cas, pourquoi Claude Bartolone fréquente t-il François Hollande (dont le père était un militant d'extrême droite (8)), Manuel Valls (dont le père s'est accommodé, selon la thèse d'Emmanuel Ratier, du franquisme (9)), François Rebsamen (dont le père aurait été un soldat SS dans la Wehrmacht ! (10)), après ne pas avoir quitté le Parti Socialiste quand le public a appris qui était François Mitterrand, à savoir un militant d'extrême droite, puis un employé de Vichy,  un partisan de l'Algérie Française puis l'ami de Paul Touvier et Maurice Papon ?




Ensuite, les électeurs du  Front National ne se sentent pas redevables de l'héritage de l'extrême droite, pas plus que leurs élus nouvelle génération d'ailleurs. C'est d'ailleurs la même chose au Front de Gauche vis a vis des crimes du communisme.
En revanche, le FN, qui se présente toujours comme le parti anti système et persécuté par l'establishment, gagne des voix et des forces à chaque fois que des gens comme Claude Bartolone se posent en donneurs de leçons.
Ces dernières semaines, un débat idéologique de fond émergeait au sein de l'extrême droite (12) : il opposait Aymeric Chauprade et Marion Maréchal le Pen à Marine le Pen et Florian Philippot. Ce débat, Claude Bartolone l'a fait passer au second plan. Il a aussi permis à Marion Maréchal le Pen de formuler des menaces contre un journaliste, c'est à dire de se faire de la com' à bon compte auprès de son électorat (11).

Bravo Claude Bartolone ! A croire qu'il ne lit pas les sondages !

La lutte contre le Front National pourrait être noble si elle n'était non seulement complètement vaine, mais en plus illogique. Le FN est un parti légal et ses membres, en 2014, n'ont pas participé à la Shoah.  Si Claude Bartolone veut vraiment lutter contre le FN, alors il faut qu'il commence par lutter contre les valeurs nationalistes et socialistes. Problème : alors que le FN est un parti socialiste cohérent, le PS de Bartolone, lui, hésite. Le combat contre le FN (et contre tous les partis socialistes), sur le plan des valeurs et non pas par simples incantations, c'est chez les libéraux que cela se passe. Au protectionnisme que propose le FN, préférons lui l'ouverture que promeut le Parti Libéral Démocrate !



(2) Valeurs Actuelles Valérie Trierweiler au tribunal le 15 décembre 19 novembre 2014
(3) Libération Briois : ah ben c’est gay… 24 mars 2014
(4) Yagg Steeve Briois, le maire gay et FN de Hénin-Beaumont, «élu local de l’année» 28 janvier 2015
(5) Le JDD Condamnation confirmée pour la députée PS Andrieux 23 septembre 2014
(6) Atlantico Claude Bartolone : il embauche sa femme dans son cabinet 25 septembre 2012
(7) BFM TV Claude Bartolone sur le Front national: "ce n'est pas un parti comme les autres " 29 janvier 2015
(8) Le Monde François Hollande avec son père, une opposition sans révolte 22 mai 2012
(9) YouTube Manuel Valls, homme au double visage
(10) Enquête & Débat François Rebsamen a-t-il menti sur son père en prétendant qu’il était résistant ? 12 avril 2014
(11) Atlantico Steeve Briois désigné "élu local de l'année" : Marion Maréchal-Le Pen s'en prend à Gilles Leclerc
(12) Europe 1 Au Front national, une chef mais deux courants 28 novembre 2014

jeudi 29 janvier 2015

Les dérapages du Tous Charlie

Fermez les yeux. Les cigales chantent, nous sommes à Marseille, dans une classe il y a plusieurs dizaines d'années en arrière.

"Monsieur Berlaudier ! Comment traduisez-vous "Paete, non dolet" ? 
-Euh... "Péter n'est pas douloureux." 
Rires. 
-Comment ! Silence ! 2h de consigne. Prenez votre passeport, ..M. Berlaudier"
Source :Marcel Pagnol, le temps des secrets (1).


Rouvrez les yeux et prenez une des actu du jour :

Dans une école primaire de Nice, les élèves d'une classe de CE2 discutent du drame avec leur instituteur. 
- Êtes-vous Charlie ?», demande-t-il. 
Ahmed, 8 ans, répond que non. Pourquoi ? «Parce qu’ils ont caricaturé le prophète. Moi, je suis avec les terroristes.» 
Le prof alerte son directeur. Ce dernier décide de convoquer le gamin, puis ses parents, qui raisonnent leur rejeton. Mais il ne s’arrête pas là. Le 21 janvier, le directeur de cette école, située dans le sud de la ville, dépose plainte au commissariat pour «apologie du terrorisme» (2).


On ne va pas forcément comparer une blague potache avec des propos idiots. 

Mais, première question : qu'est ce que le professeur d'une classe de CE2 (est-ce que vous vous rappelez de votre niveau de conscience politique en CE2, vous, chers lecteurs ??) avait à demander à des gamins de 8 ans, donc, s'ils étaient Charlie ?

Deuxième question : est-ce que la réponse du gamin (ou plutôt ce qu'il a répété après avoir sans doute entendu un frère ou ses parents en discuter) valait autre chose qu'une heure de colle ou une bonne gifle ? 

Troisième question : sachant que ce gamin de 8 ans (!!) a été convoqué par la police (!!), ne risquera t-il pas de constituer t-il pas un vecteur privilégié de haine anti-française d'ici quelques années ? 


Récapitulons. Nous sommes tous Charlie, c'est à dire tous attachés à la défense de nos valeurs, dont la liberté d'expression, mais :

  • un gamin de 8 ans est mis en examen pour propos qui ne lui appartiennent sans doute pas (tiens, où sont les associations de gauche qui protestaient, sous Sarkozy, contre les interventions de police dans les écoles (3) ?)
  • la ville de Clichy se pose des questions sur une expo qui pourrait heurter la sensibilité des musulmans (4) (mais, pas d'amalgames) quelques semaines après la polémique Houellebecq sur son dernier roman, "soumission"(5).
  • Hollande ne s'excuse pas d'avoir rendu hommage à feu le roi Abdallah d'Arabie Saoudite, tout en rappelant que nous sommes toujours en guerre contre le terrorisme et le fondamentalisme (non, il n'y a pas de contradictions !). 
  • dans le cadre d'une simple législative partielle, Manuel Valls en appelle à "l'esprit du 11 janvier" (6), sous entendant que seul le PS "défend les valeurs de la République"  (mais, non, il n'y a pas de récupération ...)
  • La gauche et l'extrême gauche se félicitent de l'existence des lois Pleven, Gayssot et Taubira, "anti expression raciste", oubliant par la même qu'elles sont à l'origine directe de la concurrence mémorielle dont on voit les conséquence aujourd'hui.


Les réveils en sursaut, c'est mauvais pour le cœur. Certes, il était temps que la France (enfin, plus
précisément la France bobo) se réveille en prenant conscience du décalage, voire du gouffre qui existe entre les valeurs qu'elle affiche et celles qu'elle poursuit.

Oui, il y a des questions à se poser quand à l'existence de systèmes de pensée qui, à l'évidence, ne favorisent pas le vivre ensemble. De là à dire que nous devrions tous penser la même chose, de préférence sous l'égide de ce que peut raconter l’exécutif socialiste, il y a un pas que nous serons nombreux à ne pas franchir, surtout si ce dernier n'est pas capable de surmonter ses contradictions idéologiques.

Tous Charlie, vraiment ?

Vous verrez ! Puisque le gouvernement est en total échec sur le chômage (7), la lutte "contre le terrorisme" sera la carte unique qu'il jouera jusqu'en 2017. C'est plus simple de faire des sites web rigolos (8) que de remettre tout le monde au travail, aspirants djihadistes y compris. 






(1) MarcelPagnol.com le forum
(5) Contrepoints « Soumission » de Michel Houellebecq 10 janvier 2015

mardi 27 janvier 2015

FN, FDG : les extrèmes d'accord entre eux

Le peuple Grec a voté !

Et en France, qui a t-on trouvé pour se réjouir de l'arrivée au pouvoir d'une coalition ANEL (droite germanophobe - Syriza (extrême gauche) ? 

Les usual suspects, le Front National et le Front de Gauche. 

Pas de surprise, puisque les deux Fronts partagent le même programme et la même vision des choses, à l'exclusion notable de la liberté de mouvement des hommes. 


L'Europe a fait une grave erreur en voulant à tout prix la Grèce dans la zone Euro. Elle a fait à nouveau une grave erreur en ayant fait le cadeau d'un assouplissement des conditions d'exercice de la BCE, la semaine dernière. Elle n'a fait que donner des munitions aux extrémistes de tout poil, ceux qui comme le FN et le FDG veulent "une autre Europe", c'est à dire une Europe où ce sont les Allemands qui paient.

Mention spéciale aux "progressistes" qui adoubent Alexis Tsipras, admirateur de Che Guevara.

lundi 26 janvier 2015

Cazeneuve, l'homme qui protège les recettes fiscales plutot que les automobilistes

Vous avez lu les mesures que le ministre des finances de l'intérieur (1) propose pour augmenter les recettes fiscales améliorer la sécurité des automobilistes ? 

Généralisation des radars double face, interdiction de l'usage de kit oreillette au volant, abaissement des limitations de vitesse sur certaines routes (et ce alors que les faits montrent qu'une telle mesure ne diminue pas, au contraire, la mortalité (2)) ...
On s'étonnerait presque de l'oubli du rajout d'une ou deux mesures anti terroristes, histoire d'en rajouter une louche sur la sécurité !

Vraiment, chaque jour voit émerger un motif de rage contre ce gouvernement !

De qui se moque Bernard Cazeneuve ?? 

Pendant que les policiers seront des zélés auxiliaires de Bercy travailleront à la sécurité des automobilistes, ils ne feront pas leur travail de protection des biens et des personnes. 
Est ce que, franchement, la priorité c'est de légiférer sur les kit téléphones ou sur les limitations de vitesse ?  Rappelons simplement qu'en 2013 (Hollande et Valls ne pouvaient plus accuser le précédent gouvernement), Les vols de voitures étaient repartis à la hausse en France en 2013 pour la première fois depuis 12 ans avec 111.950 vols enregistrés, soit un rebond de +0,6%. 


La place Beauvau affiche ses priorités. Qu'on ne vienne pas nous parler de sécurité.