vendredi 29 mai 2015

LVMH étend son emprise sur la capitale ?

Des bizarreries qui émaillent la vie politique parisienne, il y en a. Par exemple, on peut citer cette alliance contre-nature entre le Parti Socialiste et Europe Ecologie les Verts (1) , qui a volé en éclat hier (2) avec le vote sur Roland Garros (encore que ce n'était pas une surprise puisque les écolos avaient toujours dit qu'ils n'étaient pas d'accord (3) avec le PS). 

Mais une qui est plus drôle encore, c'est cet amour du PS pour Louis Vuitton Moet Hennessy

Vous direz, qu'y a t-il de mal à apprécier un des symboles de l'excellence du luxe à la française et qui, de plus, est non seulement basé à Paris, mais a de plus son histoire profondément inscrite dans le terroir parisien d'hier (4) à aujourd'hui (5) ? Et puis, qui n'aime pas une bonne flûte de champagne, des jolies montres hors de prix, des parfums luxueux ou des fringues exclusives ? 

Le Président Hollande, Bernard Arnault, Anne Hidalgo, Fleur Pellerin
source Pure People

Enfin, le rôle de l’exécutif municipal n'est-il pas d'aider les entreprises présentes sur son territoires, quelles que soient ces entreprises, surtout quand on fait face à une problématique de fuite de sièges sociaux (6) ? 

Alors, qu'y a t-il de mal à voir Anne Hidalgo rester silencieuse sur le projet de rachat du quotidien francilien le Parisien par LVMH, après avoir défendu LVMH sur le dossier la Samaritaine ou accepté une modification des règles d'urbanisme en vigueur dans le bois de Boulogne pour permettre l'installation du (joli et spectaculaire) musée de la fondation Louis Vuitton ? 

La réponse, c'est la distinction entre les principes et le cynisme que la poursuite du but autoriserait. Quand on donne en permanence, comme le fait le Parti Socialiste, des leçons sur tout, sur les riches, sur le bling bling, sur l'ultra libéralisme méga capitaliste qui ravagerait la France (lol ...), peut-on, au nom du but légitime de la localisation des emplois, se permettre ce grand écart entre les mots et les actes ? 
Canal Plus prend avec humour le projet de rapprochement entre le Parisien et LVMH. 

L'Opinion voit même un réel rationale à l'opération (7), notant que ce deal est un mariage publicitaire entre Les Echos (déjà possédé par LVMH) et Le Parisien.  

Mais qui peut raisonnablement penser que le Parisien, une fois dans le groupe LVMH, continuera à parler de la Samaritaine (8), de Sephora ou du deux poids deux mesures quand le PS parle des expatriés fiscaux (9) ? 

Vous direz : si le Parisien n'informe plus, alors cela libérera de la place pour un nouveau média (à créer)  désireux de tenir les parisiens au courant des affaires qui pourraient ou non concerner LVMH, la mairie de Paris ou toute autre institution, et vous auriez raison. Le pluralisme, notamment sur Internet, existe. 

Simplement, il ne faudra plus qu'on vienne nous dire que "les libéraux sont les alliés du grand capital", ce cliché si répandu (10). la vérité c'est que le PS s'en charge bien !





(4) Exponaute Exposition Louis Vuitton et Paris 13 octobre 2010
(5) Ville de Paris Découvrez la Fondation Vuitton 21 mai 2015
(10) Gauche Libérale Les libéraux sont les alliés du grand capital 11 juillet 2010

jeudi 28 mai 2015

Brexit : pourquoi ne pas laisser les britanniques quitter l'UE, s'ils le veulent ?

Nous avons décidemment un président de la république extraordinaire ! Le Président Hollande, à l'occasion de la visite de David Cameron (1), le brillant vainqueur des dernières législatives britanniques (2), ne s'est-il pas permis de donner des conseils au peuple anglais ?

Hollande a en effet affirmé que La France souhaite que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne ...



Ça devient gênant, cette propension, liée aux dérives de la démocratie représentative, de croire que les gouvernants sont autorisés à parler en notre nom. Non, la France ne souhaite pas que la Grande-Bretagne reste dans l'Union européenne .... Le président Hollande le veut, mais les français, eux, soutiennent le Brexit !



Que veulent les britanniques ? On le verra au moment du referendum. Mais 10 ans après le "non" au referendum de 2005 portant sur le traité constitutionnel européen (3), peut etre que les gouvernants de tout poil pourraient faire un peu profil bas quand à leur mépris des opinions du peuple, quand elles divergent de ce qu'ils pensent, eux.

Hervé Mariton  se demande si on pouvait profiter de l'initiative de David Cameron pour changer l'Europe (4); c'est bien, mais ce n'est pas le point prioritaire auquel la France devrait s'atteler. Avant de critiquer l'Euro scepticisme croissant de nos voisins et amis britanniques, peut etre que nous pourrions balayer devant notre porte.

Hollande aime rappeler qu'en Europe, il y a des règles ? Pourquoi ne commence t-il pas par rappeler au gouvernement de Valls qu'il est impératif (c'est dans les traités) que la France ait des finances qui respectent les critères de Maastricht ?
Hollande ne veut pas des relents xénophobes qui pourraient se loger dans telle ou telle déclaration anti immigration bulgare au Royaume Uni ? Pourquoi ne rappelle t-il pas à Manuel Valls encore, que refuser des quotas de migrants suggérés par Bruxelles, c'est avoir le même point de vue, à tort ou à raison, que l'extrême droite qu'il dit combattre ?

Bref, on l'aura compris, avant de critiquer le souverainisme des britanniques, peut etre que nous pourrions nous interroger, nous, sur notre prise de distance vis a vis du fédéralisme Européen. La paille et la poutre ...




(1) Atlantico David Cameron en visite à Paris pour renégocier l'Europe 28 mai 2015
(2) Le blog du Duff La réélection triomphale de David Cameron est une leçon et pas seulement à la droite française 8 mai 2015
(3) L'Arene Nue 10 ans : le référendum volé de 2005 ou le passé qui ne passe pas 27 mai 2015
(4) Le Figaro Hervé Mariton : et si on profitait de l'initiative de David Cameron pour changer l'Europe ? 28 mai 2015


Sur le même sujet 

Le Parisien Libéral La Commission n'a pas à nous dicter ce que nous avons à faire ? 29 avril 2013

mercredi 27 mai 2015

Les #QAG qu'on n'entendra pas cette après-midi à l'@AssembleeNat

S'occuper du déficit en hausse, comme l'a noté la Cour des Comptes (1) ? Traiter de la simplification administrative, et faire en sorte que le droite ne mette pas à la porte une veille dame de 80 ans et quelques ? S'occuper de la surpopulation carcérale, une bombe à retardement pour notre pays ? Expliquer ce que nous faisons au Mali ? Allons donc, pensez-vous ! Il y a bien plus urgent pour la classe politique qui continue son tranquille bonhomme de chemin, entre bouffonnerie à l'UMP qui change de nom (2), sondages bidons qui poussent Alain Juppé (3) ou préparation de sauterie au sein d'un PS proche du dépôt de bilan (4).
Quelles questions au gouvernement les députés, qui ont le pouvoir d'en poser afin de contrôler l'action de l’exécutif, auraient pu formuler ? En voici quelques unes. 


  • Question au premier ministre, Manuel Valls : Monsieur le Premier Ministre, dans le contexte du débat sur la loi renseignement, votre ministre de l'intérieur a souvent noté que les mesures liberticides qu'il promeut visent à lutter contre le terrorisme et contre ceux qui ont des choses à cacher, et pas à surveiller l'ensemble des citoyens. D'ailleurs, un certain nombre de français, y compris parmi des membres de la classe politique, affirment qu'ils n'ont rien à cacher et que moins de liberté permettra d'obtenir plus de sécurité. Pouvez-vous, Monsieur le Premier Ministre, demander à Patrick Kanner, peu connu, de publier sur le site de l'Assemblée Nationale ses relevés bancaires et son mot de passe GMail puis de ne passer ses appels téléphoniques qu'en haut parleur, puisque toutes ces informations seront autant de données susceptibles d'être captées par les services de renseignement ? 

  • Question au Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius : Monsieur le Ministre, la guerre du Mali continue à tuer des soldats, casques bleus en l’occurrence. Pouvez-vous, à défaut du débat que le Parti Socialiste n'aurait pas manqué de demander s'il était, comme en 2008, dans l'opposition, nous informer sur les objectifs stratégique de cette intervention militaire au Mali ? 


  • Question à la Ministre de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem : Madame la Ministre, des personnes aussi peu suspectes de socialisme telles qu'Alain Madelin, Luc Ferry ou Aurélien Véron disent, à défaut de soutenir pleinement la réforme du collège (et non pas la réforme des programmes) , que vous allez dans le bon sens, même si vous n'allez pas assez loin. Pourquoi ne pas poursuivre sur cette voie, celle suggérée également par Nelly Guet, à savoir la totale liberté des établissement scolaires ? Ce ne sont pas les socialistes, si friands de contournement de la carte scolaire, quand ils ne plébiscitent pas des écoles privées, qui devraient vous contredire ? Allez-y franchement, abandonnez le caractère national de l'Education Nationale, en commençant par la régionalisation de votre ministère, afin de laisser à chaque communauté éducative le soin de s'organiser librement, en fonction des besoins locaux !


  • Question au Garde des sceaux, ministre de la Justice, Christiane Taubira : Madame la Ministre, après le projet de loi renseignement (dénoncé par un certain nombre d'organisations comme la Ligue des Droits de l'Homme), comment pouvez vous accepter la mise sur écoute des chômeurs et l'autorisation donnée à Pole Emploi d'aller fouiller dans les comptes et les emails des sans emplois ? Est-ce donc cela, la république exemplaire, que de fliquer les chômeurs  ? Pourquoi ne pas proposer la responsabilité individuelle, comme pourrait l'être le passage au mode facultatif de la cotisation à l'assurance chômage ? 


  • Question au Ministre des Finances, Michel Sapin : Monsieur le Ministre, le président de la République, dans un numéro digne de ses anciennes fonctions à la tête du PS, a tenté de ménager la chèvre et le chou, lors de son meeting à Carcassonne, face à une question portant sur le projet de taxe sur les transactions financières (TTF) ? Qu'en est-il sur le sujet ? La France a t-elle l'intention d'accroire le massacre des épargnants tout en livrant l'industrie de la gestion d'actifs financiers à Goldman Sachs, JP Morgan, Morgan Stanley et Deutsche Bank ? 


  • Question au Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian : Monsieur le Ministre, les français n'ont toujours pas compris comment la France peut refuser de vendre des armes à la Russie, mais se réjouir d'en vendre au Qatar ou à l'Arabie Saoudite. Pourriez-vous, Monsieur le Ministre, nous rappeler ce qu'est une démocratie et si la France s'engage bien à ne vendre d'armes qu'à des démocraties ?

  • Question à la Ministre des Affaires sociales, de la Santé, Marisol Touraine : Madame la Ministre, pourquoi défendre les 35 heures à l’hôpital alors que vous voyez bien, notamment au sein de l'APHP, que cela ne marche pas ? 


  • Question au Secrétaire d'État au Budget, Christian Eckert : Monsieur le Ministre, le rapport de la Cour des Comptes indique clairement que les recettes fiscales sont en deça de vos attentes, malgré les hausses de toutes des taxes et impôts, de l'IRPP à la TVA. Allez-vous ouvrir un manuel d'économie, et analyser l'adage suivant, trop d’impôt tue l’impôt, résumé par la courbe de Laffer ? 

On peut toujours rever ! L'équilibre budgétaire, les droits de l'homme, le recentrage de l'Etat sur ses seules missions régaliennes, de préférence au niveau fédéral Européen, peut toujours devenir une priorité pour le gouvernement ! En attendant, aux députés d'expliquer à l’exécutif qu'ils doivent tenir compte d'eux !



(1) L'Opinion Etat : la Cour des comptes dénonce un budget 2014 «décevant» 27 mai 2015
(2) H16 Les Républicains, ou le joli troll de Sarkozy 27 mai 2015
(3) Nathalie MP Le cas Juppé : les promesses d’une cohabitation à lui tout seul 27 mai 2015(4) Mediapart Le monde change, pas les partis politiques, ils en mourront peut-être 24 mai 2015



Episodes précédents 


mardi 26 mai 2015

Régionales 2015 en Ile de France : Valérie Pécresse (UMP) sur une drôle de voie

C'est parti ! Les élections régionales 2015 n'auront beau se tenir qu'en décembre prochain, entre le Téléthon et la trève des confiseurs, la campagne est déjà lancée.

Et en Ile de France, l'UDI a déjà quasiment abandonné l'idée d'avoir une liste autonome, au profit d'une possible stratégie d'union avec l'UMP.
Logique ! Comment l'UDI peut expliquer à ses électeurs que ce qui a fonctionné aux départementales 2015, les listes d'union UMP-UDI, n'est plus pertinent ?

Toujours est-il qu'on va rire quand les centristes vont nous expliquer les affinités qu'ils se trouvent avec Laurent Wauquiez, Guillaume Peltier & co, et même avec Valérie Pécresse.

Oui, Valérie Pécresse. La versaillaise bien née, qu'on pensait bien pensante (comme Wauquiez, né fils de bonne famille et maintenant qualifié de "bad boy de la droite"). Elle n'a pas hésité, cette apres midi et en partant d'un constat de bon sens (il y a trop d'impayés sur la fraude dans les transports en commun), à faire une proposition choc.


Ecoutez plutôt :


Transports en commun : Pécresse (UMP) propose... par LCP


La députée des Yvelines veut obliger les usagers à "prendre des papiers d’identité quand ils prennent les transports".

Bah alors Valérie,  c'est ça les idées neuves de la droite, donner plus d'importance à la carte d'identité nationale, dont on ne rappellera jamais assez qu'elle est un héritage de Vichy (1) ?

Vous direz : il faut bien lutter contre la fraude. Mais si on luttait plutot contre la RATP ? Comment ? C'est simple :
  • en rejetant, comme le propose l'économiste Philippe Herlin, le projet du Grand Paris Express, en bloc (2)
  • en citant Margaret Thatcher, qui disait "use your own car !"

Alors, Valérie Pécresse, la RATP, on la privatise quand ? 

Et si on se démarquait  de la gauche française étatiste et dirigiste en regardant ce qui se fait outre Manche (toujours pas de carte nationale d'identité chez nos voisins britanniques) ou outre Rhin (le controle social et l'auto régulation (pas de tourniquets dans le métro à Berlin) ? La Transport For London ,Authority et la Berliner Verkehrsbetriebe n'ont pas plus de difficultés que la Régie Autonome des Transports Parisiens. 

Quand aux Conservatives ou les membres du Christlich Demokratische Union, ils ne donnent pas forcément l'impression d'être laxistes. Seule différence : l'inexistence de contrôles au faciès permet de couper court aux théories de harcelement des minorités. 

Quelle Ile de France valérie Pécresse veut-elle ? Une région socialiste de droite, ou une région libre ? 




vendredi 22 mai 2015

AirBnB Paris vs AirBnB London !

Ah ah ah, pauvres moujiks électeurs des arrondissements 1 à 5 et 10 à 12 ! Ils pensaient élire des démocrates bon teint à la tête de l’exécutif parisien, ils se retrouvent avec des commissaires politiques communistes assumés qui traquent le koulak qui ose louer son appartement sur AirBnB (1). 

Et oui, camarades, on ne peut pas dire, pourtant, que vous n'étiez pas prévenus ! Souvenez-vous du post du 27 mai 2014, "AirBnB : ces parisiens, de gauche, qui vont comprendre leur douleur". 

Alors, vous direz : il faut bien lutter contre ces locations sauvages qui raréfient l'offre de logement dans la capitale, ne sont pas déclarées, au fisc notamment, et génèrent trop de va et vient. D'ailleurs, Ian Brossat, l'adjoint communiste à la mairie de Paris, en charge du logement, le dit lui-même : ce sont les riverains qui sont les principaux pourvoyeurs de plaintes contre les appartement AirBnB. 
Vous direz également : Barcelone lutte bien contre ces sous-locations, alors pourquoi pas Paris ? 

Soit. 

Mais à votre avis, pourquoi AirBnB marche si bien à Paris ? N'est ce pas parce que l'offre hôtelière est saturée ? Les taux de remplissages des hôtels parisiens ne sont-ils pas en cause, qu'ils soient liés à l'industrie des congrès professionnels, à l'attrait touristique de la capitale ou, pour le bas de gamme, au scandale des locations, aux frais des contribuables, de chambres à prix d'or et à la limite de la salubrité, fournies aux sans-papiers ? 
Autrement dit, le succès de AirBnB n'est-il pas tout simplement la réponse que le marché fournit à un besoin ? 

Peut-être que les méchants propriétaires qui louaient sur AirBnB choisiront de passer à la location classique, plutôt que de devenir de vrais hôteliers. Mais pensez-vous vraiment, dans ce cas, qu'ils seront enclins à entretenir leur bien, surtout si le rendement locatif est contraint par les lois sur le blocage des loyers ? Ou alors, la situation actuelle perdurera : pour se prémunir contre les risques, la sélection (des années  de fiches de paye, les avis d'imposition, etc) sera encore plus forte, et seuls les hauts fonctionnaires genre Agnès Saal (2) (très haut salaire et totale sécurité de l'emploi ...) parviendront à se loger !

Franchement, en jouant aux inspecteurs du fisc, la mairie de Paris s'engage dans une voie qui ne se révélera pas être à l'avantage des parisiens. Alors que la capitale, et Anne Hidalgo, ouvre les yeux et note que l'alternative existe. 
Apparemment, à 2 heures et quelques d'Eurostar d'ici, ils ont une toute autre approche : ils dérégulent" et autorisent les londoniens à louer librement leur logement, ou une propriété, jusqu'à 90 jours par an sans risquer une amende, ou avoir besoin de demander une autorisation.



Oui vous avez bien lu (3) : Quand Paris lutte contre Airbnb, Londres l'accueille à bras ouvert (et Airbnb sait dire merci). 

Et oui les amis, il n'y a pas de fatalité à ce que, comme dirait H16,  des fonctionnaires sachent mieux que des propriétaires  ce qui est bon pour leur logement (4) !  
Mais bon, si ce sont les touristes qui nous gênent, il faut le dire. Après tout, ils ne sont juste que ceux qui font vivre les employés de Roissy Charles de Gaulle, le Louvre, Louis Vuitton, Eurodisney ou tous ces cafés et restos si charmants du Marais, n'est ce pas ? 

Pour conclure, juste un chiffre : il y a 100 000 français à Londres. Demandez leur si ils sont tous SDF,au pays de l'ultra libéralisme giga capitaliste et méchant, ou bien si c'est plus facile de se loger à Londres qu'en Socialie, à Paris. 



(4) H16 AirBnB à Paris, ça suffit à la fin ! 22 mai 2015. 

mardi 19 mai 2015

Les #QAG qu'on n'entendra pas cette après-midi à l'@AssembleeNat

Préserver les libertés civiles en rejetant la loi renseignement ? Lutter contre les comités Théodule qui fleurissent et ne meurent pas ? mettre la dépense publique sous contrôle ? Pas vraiment la priorité des élus qui, de gauche à droite, du PS à l'UMP, préparent des congrès. Non que cet aspect de la vie politique soit inutile : en effet, une clarification idéologique des uns et des autres aiderait à avancer. Mais force est de constater que les français ne sont pas intéressés par le nom de la motion qui gagnera à gauche ou par l’intérêt de renommer l'UMP. 
Ils préféreraient avoir des réponses sur l'usage de l'argent public, en ce jour où les contribuables ont jusqu'à ce soir pour remplir leur déclaration. 
Alors, est-ce que les députés, membres du corps législatif, vont faire leur travail de contrôle de l'exécutif ? Voyons s'ils posent les questions au gouvernement suivantes : 


  • Question au premier ministre, Manuel Valls : Monsieur le Premier Ministre, un certain nombre de membres de votre gouvernement, dont vous même, étiez au festival de Cannes ce week end. Pourquoi ? Dans quel but ? Les contribuables jugeront. Mais au delà de la polémique, il est avéré qu'un certain nombre de festivaliers que vous avez côtoyé sont intéressés par l'acquisition et la consommation de cannabis, comme en atteste le guide publié par un média hollywoodien (1). Alors que votre guerre contre la drogue tue, de Marseille à Saint Ouen, allez-vous admettre qu'il est peut être temps de s'engager sur une autre voie, celle de la régulation, à la place de la prohibition qui ne marche pas (2) ? 

  • Question à la ministre de l'Education Nationale,  Najat Belkacem : Madame la Ministre, la réforme du collège  et des collèges que vous proposez est rejetée par tous, de Mélenchon à Chevenement, en passant par jean-Marc Ayrault, le SNES-FSU ou d'autres encore. Pourquoi ne pas en profiter pour suivre les recommandations d'autonomisation accrue des collèges (3) afin de laisser plus de Céline Alvarez (4) émerger au niveau local ? 

  • Question au ministre de la défense, Jean-Yves le Drian : Monsieur le Ministre, le Charles de Gaulle achève une mission de 3 mois de bombardement de l'Etat Islamique en Irak et au Levant. Au vu de cette mission et de toutes les autres dans lesquelles l'armée française est engagée, allez-vous proposer un débat sur les OPEX devant le parlement ou bien, comme sous la précédente majorité (UMP), les élus et les citoyens devront-ils se contenter d'avaliser l'idée que nous sommes en guerre contre un nombre croissant de pays, sans que nous ayons notre mot à dire ? 

  • Question à Christiane Taubira, garde des Sceaux : Madame la Ministre, allez-vous continuer, au vu du dernier tweet de la ligue des droits de l'homme, que la gauche, c'est le respect des Roms et la rupture avec Hortefeux ? 


Le gouvernement se fait très discret sur la baisse des dépenses publiques, le respect des libertés civiles, la refonte de l'Etat (sur ses seules missions régaliennes) ou l'implication dans une politique fédérale européenne. Députés, reveillez-le !





(2) Génération Libre On refait le monde, avec Gaspard Koenig 14 mai 2015 
(3) Parti Libéral Démocrate Réforme du college : nivellement par le bas 



Episodes précédents 





lundi 18 mai 2015

Qui incarne les idées libérales ?

Avez-vous vu ce sondage sur la perception du libéralisme en France ? Il est certes inquiétant pour les libéraux, mais aussi et surtout pour les français, car ils souligne à quel point nos concitoyens se font une idée fausse du libéralisme.

Un socialiste de droite (Nicolas Sarkozy), un deuxième socialiste de droite (Alain Juppé), un jacobin autoritaire (Manuel Valls), et une extrémiste de droite dont le programme économique est calqué sur celui de l'extrême gauche de Mélenchon (Marine le Pen) : le sondage de l''Opinion montre que les libéraux, c'est à dire ceux qui veulent moins d'Etat et plus de libertés, ont encore beaucoup de travail. 

En quoi Nicolas Sarkozy ne serait-il pas libéral ? C'est simple. D'une part, c'est lui même qui le dit : une de ses déclarations phares, c'est le célèbre « Le rêve français, c'est une France où la réussite est au service de la solidarité. » (1) qui trahit son étatisme. Ensuite, en 5 ans de pouvoir, voir 10, il n'y a quasiment pas eu de mesures libérales, en dehors du statut de l'auto entrepreneur et de l'autonomie des universités (2). Et encore tout récemment, Sarkozy n'a t-il pas appelé à voter en faveur de la loi renseignement poussée par Urvoas, Valls et Cazeneuve ? En 2012, les libéraux n'ont pas voté pour celui qui a déclaré qu'il n'était pas libéral et qu'il ne partageait pas les ideaux de liberté et de responsabilité chers à Alain Madelin (3). Ce qui était vrai en 2006 (4) est resté vrai en 2011 (5).

En ce qui concerne Marine le Pen, sa présence dans ce classement est encore plus risible. Elle et son conseiller Florian Philippot se réclament du "Chevenementisme", et proposent un état fort dans tous les domaines, pas du tout restreint à la gestion des missions régalienne. Gaspard Koenig a comparé le programme officiel du Front national à celui du Front de gauche. Ils sont en grande partie interchangeables (6) !

Le libéralisme, c’est une philosophie politique née au siècle des lumières et affirmant la propriété de soi : c'est-à-dire  le droit à la vie et à la sûreté, le droit à la liberté, le droit à la propriété (7).

Celles et ceux qui incarnent le libéralisme, c'est évidemment les personnalités du Parti Libéral Démocrate (Aurélien Véron, Anne Bourdu, Louis-Marie Bachelot, Ivanne Poussier,  Arnaud Dassier, Christine Singer, Thierry Tsagalos, Nelly GuetYassin Lamaoui ...), l'écrivain Gaspard Koenig et les centristes tels que  l'ancien premier ministre belge Guy Verhofstadt, l'élu UDI parisien Christian Saint-Etienne, l'UMP Hervé Novelli, la députée européenne Modem Sylvie Goulard, le politologue Dominique Reynié, la députée UMP Laure de la Raudière, le député UDI Hervé Morin ou le sénateur maire PS de Lyon Gérard Collomb.

Il faut vraiment que les français soient totalement désinformés par l'antilibéralisme de l'UMP, du PS et des deux Fronts (de Gauche et National) pour qu'ils assimilent Valls, le Pen ou Sarkozy à  Margaret Thatcher ou à Alain Madelin. Il est vrai que dans un pays que certains n'hésitent pas à qualifier d'ultra libéral ... malgré les 57% du PIB qui passent par la dépense publique !
Heureusement qu'au niveau Européen, le libéralisme est bien représenté, de la Pologne (Donald Tusk président du Conseil européen) aux Pays Bas (Mark Rutte, premier ministre), en passant par le Royaume Uni (8), comme ça, la droite et la gauche française pourront voir qu'il existe bien une alternative au socialisme et au dirigisme. 

Mais alors, direz-vous, la présidentielle 2017 ? Mais la réponse est simple : le focus sur la présidentielle n'a aucun sens. Une des raisons pour laquelle la France est aussi socialiste, c'est son attachement à la monarchie républicaine et au jacobinisme (9). C'est pourquoi, en 2017 comme en 2012, les libéraux voteront surement soit blanc à la présidentielle, soit pour le candidat qui promet le moins d'interventionnisme (c'est difficile d'en trouver) mais surtout pour un réseau d'élus locaux et européens prêts à être de vrais contre-pouvoirs face à la toute puissance dévastatrice d'un Etat hors de contrôle. 


(1) Wikiberal Nicolas Sarkozy
(3) Le Cercle des Libéraux Nicolas Sarkozy, qu'en pensent les libéraux 
(4) Le Libéralisme Expliqué Sarkozy libéral ? 2 novembre 2006
(5) Nouvelles de France Ces libéraux qui ne voteront pas pour Nicolas Sarkozy en 2012 17 novembre 2011
(6) Génération Libre Read  Le FN, parti Hard Left 23 février 2014
(7) Dantou Le libéralisme pour les nuls 
(8) Le blog du Duff La réélection triomphale de David Cameron est une leçon et pas seulement à la droite française 8 mai 2015
(9) Contrepoints « Poison présidentiel » de Ghislaine Ottenheimer 15 mai 2015

samedi 16 mai 2015

@PSG_inside champion !

Le PSG remporte le 5e titre de Champion de France (1) de son histoire ! Bravo Paris Saint Germain !

Et puisque la concurrence a du bon, félicitons-nous également de deux autres bonnes nouvelles pour le football parisien :



Ici c'est Paris !

NB : est-ce que la subvention de la mairie de Paris au PSG se justifie encore ?


(1) Paris Saint Germain Champions Puissance 5 16 mai 2015
(2) Paris FC VINCI devient partenaire principal du Paris FC 16 avril 2015
(3) Red Star Red Star champion 15 mai 2015

vendredi 15 mai 2015

Arret (momentané) du fichage des supporteurs parisiens du PSG !

Combien de fois, notamment à l'occasion du débat sur la loi renseignement, nous a t-on dit que la République, c'est l'Etat de droit, le respect des règles, bref le contraire du n'importe quoi ? 
Combien de fois, et cela n'est pas lié à une couleur politique particulière, n'a t-on entendu qu'à chaque fois que la police fichait, c'était en totale adéquation avec les principes juridiques et les valeurs qui sont censées régir la vie de ce pays, la France ? 

Du coup, comment analyser le fichier stade, et la salutaire décision du Conseil d'Etat de le suspendre ? En effet, on apprend cette semaine que le Conseil d’Etat suspend le fichage des supporteurs parisiens, (1), suite à une requête d'associations de supporters et de la Ligue des Droits de l'Homme.
Notez bien. C'est le Conseil d’Etat qui suspend car le juge estime qu’il existe un doute sérieux sur la légalité de l’arrêté du ministre de l’intérieur autorisant ce fichier stade (pris le 15 avril 2015), et qui  avalisait et légalisait un fichier existant depuis des années, mais découvert par la CNIL en 2014. 

Conseil d'Etat, CNIL, ligue des droits de l'homme, on parle de juristes et de protecteurs des libertés civiles, pas de racailles en t-shirt rouge et bleu ou de voyous plus adeptes de bagarres que de spectacle footballistique.

Au ministère de l'intérieur, ils ont du se dire que la la fin justifie les moyens et que si ce fichier sert à identifier les fauteurs de trouble, alors il pouvait avoir son utilité. 
Vous voyez pourquoi, décidément, on ne pourra jamais avoir confiance en cette classe politique dirigiste qui dit une chose mais fait son contraire ? Quelles différences y a t-il entre François Sarkozy, Nicolas Hollande, Bernard Hortefeux, Brice Cazeneuve, Alain Valls et Manuel Bauer ? 

La séparation des pouvoirs et l'indépendance de la justice sont importantes. Ce sont des piliers de l'Etat de droit et de la démocratie. Merci au Conseil d'Etat de le rappeler.
L'Etat (ou plus exactement l’exécutif) n'a pas à faire des fichiers illégaux et à traiter les citoyens comme des terroristes potentiels. Les méthodes Minority Report, ca suffit. S'il veut savoir qui aime le PSG, il n'a qu'à aller sur Facebook. Au moins, la, les likes (18 millions) sont volontaires et assumés.



jeudi 14 mai 2015

L'engrenage de la video surveillance à Paris

Décidément, à chaque fois que l'Etat nous annonce quelque chose de nouveau "pour notre sécurité", on peut s'attendre à ne pas être déçu.

Prenez les caméras de vidéosurveillance qui ont transformé depuis des années la ville de Paris, en dépit du fait que ce soit une ville "de gauche".


A la base, on nous avait dit que la vidéosurveillance devait servir à faire baisser la délinquance (1), et ce depuis 2009. 

Notons que l'ancienne première adjointe socialiste Anne Hidalgo était pour le  projet tandis que Sylvain Garel (EELV) et Ian Brossat (PCF) étaient contre. Que le PS, EELV et le PCF aient quand même été alliés lors des dernières municipales alors qu'il ne sont d'accord sur rien, c'est secondaire. Passons.

Est-ce que la délinquance et l'insécurité ont baissé à Paris depuis 2009 ? Ne nous focalisons pas sur les incidents du Trocadéro liés au PSG, sur le décès d'Antoine, 20 ans, décédé à la dernière Saint Sylvestre (2) ou sur l'attaque de l'HyperCasher Porte de Vincennes. Prenons simplement la délinquance ordinaire, ces milliers d'actes qui pourrissent la vie des citoyens, commet évoluent-ils ?
Apparemment, ils explosent (3) ! Et encore, on ne parle que des actes qui peuvent être recensés et faire l'objet de l'enregistrement d'une plainte. Mais quid des incivilités subie par les jeunes femmes dans le métro (voir sur le blog d'Eloody : Hé Madmoizelle, j'peux t'aider ? T'es charmante !), quid des nombreuses atteintes à la propriété privée qu'on prend même plus la peine de relever, et enfin quid des libertés prises avec la loi par les agents mandatés par l'Etat lui-même (5) ? 

Bref, l'insécurité ne diminue pas, et ce n'est certainement pas avec des images de vidéosurveillance que l'on fera baisser les incivilités qui impactent la vie quotidienne des parisiens. Ce n'est d'ailleurs même pas avec la videosurveillance qu'on arrivera à combattre des événements exceptionnels tels que la fusillade de Charlie Hebdo (en plein XIeme arrondissement, un jour de semaine avec ses embouteillages habituels...).

Alors, à quoi vont servir toutes ces caméras ? Réponse : à vidéoverbaliser ! Les caméras de videosurveillance, pour faire oublier leur inutilité dans la lutte contre le terrorisme aussi bien que contre les incivilités, auront au moins une utilité : ramener de l'argent dans les caisses de la ville de Paris. Et désormais, la vidéoverbalisation s’étendra à tout Paris (6). Comme le note Aurélien Véron, du Parti Libéral Démocrate : Les caméras de surveillance devaient assurer notre sécurité, pas nous racketter. Au final, devinez ce qui l'emporte ...






(4) Libre Affichage Hé Madmoizelle, j'peux t'aider ? T'es charmante ! 21 avril 2015
(5) Municipales 2014 à Paris La majorité des 800 enlèvements quotidiens par les fourrières de la capitale seraient illégaux ! 5 avril 2015
(6) Le Parisien La vidéoverbalisation s’étend à (presque) tout Paris 10 mai 2015


mercredi 13 mai 2015

Cambadelis fait du mal aux minorités raciales (mais cela lui importe t-il ?)

En ce moment, le gouvernement, toujours en mode bulldozer, défend son projet de réforme du collège. En dehors des militants socialistes, tout le monde semble à peu près contre. Pas seulement le blogueur centriste l'Hérétique, pas seulement le politicien UMP Bruno le Maire mais aussi Julien Dray (PS),  Jack Lang (PS), Jean-Marc Ayrault (PS) ou toute une flopée de "pseudos intellectuels" (Alain Finkielkraut, Régis Debray, Patrice Gueniffey, Pierre Nora, Marc Fumaroli, Jean-Pierre Le Goff, Pascal Bruckner et Michel Onfray).

Il y a UN personnage particulier qui a également donné son avis sur la réforme que propose Najat Belkacem, c'est le président de l'UMP, Nicolas Sarkozy. Et qu'a t-il déclaré ? Que «Dans le combat contre la médiocrité, [Christiane Taubira] est en passe d'être dépassée par la ministre de l'Education nationale».

Immédiatement, Jean-Christophe Cambadelis, (celui qui usurpe des diplômes, selon Mediapart)  a répondu : il "pense que l'attaque de Nicolas Sarkozy envers Najat Vallaud-Belkacem est légèrement xénophobe". (comme si Najat Belkacem, ministre en France, pouvait avoir une nationalité autre que française). 
Michel Sapin aussi, a répondu :  "Je pense que ça n’est pas par hasard si Sarkozy a mis dans une même phrase, et dans des termes injurieux, la ministre de la Justice et la ministre de l’Education nationale. C'est une ministre de la Justice qui a une couleur de peau et c'est une ministre de l'Education nationale qui porte un nom".

Quelle insulte ! Quel mépris pour les qualités et les défauts de Christiane Taubira et de Najat Belkacem ! Le Parti Socialiste, en assimilant toute critique de ministres qui seraient arabes ou noirs à du racisme, réifie ces ministres, les réduit à leur couleur/race/religion/apparence et dénie aux critiques le droit de ne pas être d'accord avec les politiques menées.

Mais d'un autre coté, à coté de la démarche méprisante de Cambadelis et Sapin (méprisante mais logique, vu l'attrait du PS pour les thèses rousseauistes), quelle erreur de casting à la tête de l'UMP ! Bravo Sarkozy ! Victimiser Najat Belkacem, quelle bonne idée !
Les militants du parti de "droite" n'ont-ils pas compris qu'en choisissant Nicolas Sarkozy, ils offraient le meilleur argument possible au Parti Socialiste et que jamais la gauche au pouvoir ne ferait d'analyse de fond de ce que l'opposition aurait éventuellement à lui dire ?

Le plus comique est que Christiane Taubira et Najat Belkacem ne sont même pas d'accord entre elles sur la question du racisme et de la lutte anti racisme. L’indépendantiste guyanaise et garde des sceaux Christiane Taubira a t-elle demandé à Najat Belkacem de s'expliquer sur ses propos révisionnistes sur la traite négrière (1) ? 

Cette polémique sur la nature des propos à tenir quand on parle de Christiane Taubira et de Najat Belkacem montre en tout cas que face à la prise en otage par le Parti Socialiste de la lutte anti racisme, il est vraiment temps qu'une option alternative émerge. La fin des tentatives de discrimination positive et des politiques implicites de quotas, par exemple. Après tout, comme l'a affirmé Marie-Ségolène Royal, si Najat Belkacem est la où elle est, c'est bien parce qu'elle ne s'appelle pas Claudine Dupont, non (2) ?




(1) lire Najat Belkacem chahutée sur l'esclavage sur Lyon Capitale
(2) Le Nouvel Obs Si Najat Vallaud-Belkacem s'appelait "Claudine Dupont"... 13 aout 2012




Sur le même sujet, lire sur le blog d'Anna Gueye Qui fait des amalgames ?, un post du 4 septembre 2014

mardi 12 mai 2015

Les #QAG qu'on n'entendra pas cette après-midi à l'@AssembleeNat

On croit rêver ! François Hollande ne vient t-il pas de se permettre de dire au premier ministre du Royaume Uni,  David Cameron, que l'Europe a des règles ? Parle t-on du président du pays qui est en infraction par rapport aux règles du traité de Maastricht ? 

Quand prendra t-on conscience du fait que, en ce moment même, quand la France collecte 1 euro de taxes et impôts, elle dépense 1,20 euros ? Collectif budgétaire ou loi de finance rectificative ou pas, le point de départ de cette prise de conscience devrait être les questions que les députés peuvent et doivent, en vertu des pouvoirs que leur confèrent la constitution, poser au gouvernement. Mais dans un pays où ni l'équilibre budgétaire, ni la défense des libertés civiles ne semblent intéresser les élus, peut-on espérer un contrôle sérieux de l’exécutif ? Réponse dans la prochaine séance de QAG. En attendant, suggérons quelques sujets aux députés.   

  • Question à la Ministre de l'Écologie, Ségolène Royal : Madame la Ministre, c'est vraiment incroyable qu'après Mia Electric, le soupçon de délit d'initié sur EDF (1) et le scandale d'Ecomouv (2), vous soyez toujours ministre. Puisque vous n'avez toujours pas proposé votre démission, allez-vous rassurer les contribuables en expliquant que face aux milliards d'euros liés à vos échecs, la rémunération que vous touchez en tant que ministre est revue à la baisse, même si une telle mesure n'aurait de portée que symbolique ? 
  •  Question au Premier Ministre, Manuel Valls : félicitations, Monsieur le Premier Ministre, on peut dire qu'à la différence de nombreux cadres sups, de mères célibataires ou d'étudiants qui travaillent pour financer leurs études, vous, vous avez su trouver un équilibre entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle. Où trouvez-vous le temps pour lire, et critiquer, Michel Onfray ou Emmanuel Todd (3) ?! N'avez-vous pas 2000 milliards d'euros de dette et 87 milliards de déficit à gérer ?  Pourriez-vous, Monsieur le Premier Ministre, nous rappeler quelles sont les priorités de votre gouvernement ? 
  • Question au Ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian : Monsieur le Ministre, où est le débat, au sein de cet hémicycle, sur les interventions militaires françaises à l'étranger ? Pouvons nous rappeler qu'en 2008, le Parti Socialiste était allé jusqu'à déposer une motion de censure pour provoquer un débat sur le sujet des forces armées et de la politique de défense ? 
  • Question au Ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius : Monsieur le Ministre, un nouvel état Européen est né, le Liberland (4). La France, qui n'hésite pas à entretenir des relations diplomatiques avec des pays aussi peu recommandables que Cuba, va t-elle enfin saluer cette initiative pacifique ? 
  • Question à la Ministre de l'Éducation nationale, Najat Belkacem : Madame la Ministre, un grand nombre d'acteurs, qu'ils soient du monde éducatif ou du monde politique, semblent s'élever contre votre projet de réforme du collège. Pourquoi ne pas mettre tous ces acteurs face à leurs responsabilités, de parents notamment, et proposer de fermer l'Education Nationale pour la remplacer par des communautés éducatives autonomes, gérées localement au niveau de chaque école, chaque collège, chaque lycée ? 
  • Question au Garde des sceaux, Christiane Taubira : nous savons, Madame le Garde des Sceaux, que vous êtes opposée à la loi Renseignement adoptée par la droite et par la gauche la semaine dernière. Pourquoi ne pas plus vous exprimer sur le sujet et expliquer que Manuel Valls, Alain Bauer, Bernard Cazeneuve, François Hollande et Jean-Jacques Urvoas sont des menaces pour les libertés en France ? 
  • Question au Ministre des Finances, Michel Sapin : Monsieur le Ministre,  pouvez-vous nous expliquer le sens de votre démarche anti optimisation fiscale au niveau européen (5) ? Pourriez-vous rappeler que l'optimisation fiscale est légale, mais aussi que la liberté de circulation des personnes, marchandises, idées et aussi des capitaux est un des fondements de l'Union Européenne ? Pourriez-vous également rappeler le fait que l'optimisation fiscale est à ce point légale que des entreprises publiques comme EDF ou Aéroports de Paris jugent utiles d'être présents, pour diverses raisons, au Luxembourg ? 
  • Question au Ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve : Monsieur le Ministre, apparemment la "gauche" que vous représentez est fière de pratiquer plus d'expulsions d'étrangers en situation illégale que la "droite" (6). Que sont devenus les beaux discours de campagne, la dénonciation du discours de Grenoble, les procès en fascisme de la "droite" et autres postures morales ? Allez-vous expliquer aux électeurs, notamment au peuple de gauche, que la lutte contre l'immigration illégale n'est pas un problème gauche droite mais une nécessité dans un pays comme la France dans lequel le système social est hypertrophié ?


Les tendances autocratiques du gouvernement n'ont rien d'étonnant. Elles sont dans l'ADN de ses principaux membres, mais aussi une conséquence politique du pouvoir. Cela fait maintenant qu'on a écrit que seul le pouvoir arrête le pouvoir. Alors, l'Assemblée Nationale limitera t-elle les dérives de l’exécutif, avant de se ressaisir en ce qui concerne ses propres manquements ? Les députés peuvent-ils imaginer une seule seconde que les contribuables et citoyens oublieront l'avalanche de taxes et de lois liberticides qui nous tombe dessus depuis des années ? 



Episodes précédents