mardi 30 décembre 2014

2014 : retour sur l'année politique

Que s'est-il passé en 2014 en France ? Retour sur une année plus antilibérale que jamais, entre les nouveaux prélèvements obligatoires, le dirigisme et les contradictions d'un pouvoir socialiste dont l'ampleur du mensonge s'est révélé jour après jour. 
On peut vraiment parler d'une année désastreuse pour les français, qui paient plus que jamais le compromis dirigiste appelé Conseil National de la Résistance et ses conséquences. Avec un pays à mi chemin entre 1984 et la ferme des animaux, Orwell mérite d'être nommé Homme de l'Année.




1er janvier 2014 : relèvement du taux normal de la TVA en France de 19,6 % à 20 % et du taux réduit de 7 % à 10 %. L'autre taux réduit à 5,5 % et le taux particulier à 2,1 % restent inchangés même si certaines opérations ont vu leur taux d'imposition modifié.
=> Pourtant, le PS avait fait campagne contre la hausse de la TVA que l'UMP prévoyait. La hausse est passée comme une lettre à la Poste, malgré quelques rares protestations. 

9 janvier : le tribunal administratif de Nantes invalide la circulaire du ministère de l’intérieur, autorisant de fait le spectacle de Dieudonné prévu le soir même dans la ville. Manuel Valls saisit alors le juge des référés du Conseil d’État qui rend le jour même (à 18h40) une ordonnance confirmant l'interdiction du spectacle prévu à 20h.
=> Ce genre de décisions, une atteintes aux libertés fondamentales, interdire a priori un spectacles, sur son contenu, et prise de manière aussi rapide, est une quasi première en France. En dehors de quelques personnalités isolées, la gauche reste muette et laisse Manuel Valls agir, prouvant au prochain régime qui n'aimera pas tel ou tel spectacle insultant pour telle ou telle communauté qu'i ne faut pas se géner. Les catholiques, par exemple, qui protestent de manière pacifique contre les oeuvres christianophobes, sauront sans doute s'en souvenir ?

21 janvier :  l'Assemblée nationale vote la suppression de l'article 5 de la loi de 1975 sur l'IVG, permettant aux femmes souhaitant avorter de le faire sans être déclarées en état de détresse.
=> Pourtant, Simone Veil, toujours la personnalité politique la plus populaire de France, avait explicitement prévu l'état de détresse. 

26 janvier : France apaisée - entre 17 000 personnes (selon la police) et 160 000 (selon les organisateurs de la "marche de la colère") manifestent à Paris contre la politique menée par le gouvernement. Elle regroupe des groupuscules d'horizons divers (Bonnets Rouges, royalistes, nationalistes…). Des affrontements violents opposent les manifestants aux forces de l'ordre. 262 personnes sont interpellées (250 placées en garde à vue).

30 janvier : la CNUCED donne les chiffres de flux d'investissement :  les investissements dans notre pays ont chuté de 70% en 2013

3 février 2014 : les socialistes refusent d'assumer la logique du mariage pour tous, et bloquent la légalisation de la GPA en France, dans une volte face dont ils ont le secret.
=> Pourtant, il y a trois arguments logiques qu'ils ne peuvent réfuter : d'une part, le mariage en France ouvre droit à la filiation, donc ouvrir le mariage aux gays était nécessairement ouvrir la filiation aux gays. D'autre part, la GPA existe à l'étranger et certains français y ont recours. L'existence du mariage gay à l'étranger était d'ailleurs un argument pro mariage pour tous. Pourquoi la GPA ne pourrait pas se baser sur le même principe ? Enfin, étant donné que deux hommes ne peuvent avoir d'enfants ensemble (?), l'égalité impose d'ouvrir la GPA. 

17 février : le président François Hollande annonce un renforcement du dispositif militaire en Centrafrique dans le cadre de l'opération Sangaris, les effectifs passeront de 1 600 à 2 000 soldats déployés dans la zone.

1 mars  : A trois semaines des municipales, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris, destitue Hélène Delsol, une militante anti mariage pour tous, de sa tête de liste dans le IIe arrondissement, pour avoir pris sur sa liste le militant libéral Aurélien Véron, et choisit de perdre l'arrondissement en remplaçant Delsol par un militant UMP qui n'habite pas le IIeme.

10 mars : lors d'un diner du CRIF, le président Hollande insulte la mémoire du militaire Abel Chennouf en évoquant les tueries de Toulouse et Montauban en 2012 perpetrées par Mohamed Merah, en validant l'amalgame apparence arabe = musulman. Le père d'Abel Chennouf demande au président Hollande de ne plus évoquer son fils et de cesser la récupération politicienne.

22 mars : le nouvel accord sur l’assurance chômage signé par les partenaires sociaux prévoit la création d’une nouvelle contribution spécifique de solidarité (une taxe) pour les salariés ayant atteint l’âge et la durée d’assurance requise pour bénéficier d’une retraite à taux plein.

26 mars : à moins d'une heure de l'heure limite des dépôts des dossiers en préfecture, Nathalie Kosciusko-Morizet tente, sans succès, d'évincer Franck Margain de ses listes, fragilisant sa liste dans le XIIeme arrondissement et achevant de détruire une campagne dans laquelle la gauche parisienne n'a jamais eu à répondre de son bilan (2001-2013) en matière de propreté, de sécurité, de petite enfance, de dettes et de logement.

30 mars : Le deuxième tour des élections municipales se révèle être un désastre pour le Parti Socialiste, qui perd des villes historiquement à gauche. A Paris, les listes PS emmenées par Anne Hidalgo gagnent largement face à celles de Nathalie Kosciusko-Morizet et la candidate socialiste, bien que battue dans le XVeme, devient maire de Paris.  

31 mars : En réponse à l'échec du PS aux municipales, Jean-Marc Ayrault présente la démission de son gouvernement. Yamina Benguigui, ministre déléguée à la Francophonie, soupçonnée d'avoir menti sur sa déclaration de patrimoine, est écartée lors de la constitution du gouvernement de Manuel Valls qui suit les élections municipales. Deux jours plus tard, le parquet de Paris ouvre une enquête préliminaire sur ce dossier. Anne Hidalgo refuse de répondre aux questions sur Yamina Benguigui bien que les accusations de fausse déclaration de patrimoine avaient débuté bien avant les municipales.

18 avril : Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, est contraint de démissionner au lendemain de révélations de Mediapart, qui l'accuse d'avoir touché en 2007 12.500 euros d'un laboratoire danois, Lundbeck, alors qu'il était en poste à l'Inspection générale des Affaires sociales (Igas).

25 mai 2014 : élections Européennes, un triomphe pour le Front National, qui obtient 25.4% des voix, et un forte déception pour les centristes de l'UDI-Modem qui, faute de clarté et de relais du programme clairement fédéraliste et libéral de Guy Verhofstadt, n'obtiennent que 9.4% des voix

De Mai à Août : les jeux, à défaut de pain. Un bon été entre Roland Garros, le Tour de France et la coupe du monde de football au Brésil.

6 juin : commémorations du 70e anniversaire du débarquement de Normandie, à l'occasion desquelles le Président Hollande invite Vladimir Poutine, le président de Russie. On rappellera juste que, si les soviétiques ont bien eu un poids majeur dans la Seconde Guerre Mondiale, le débarquement de Normandie, en 1944, a concerné avant tout les américains et les anglais et marginalement quelques autres nationalités européennes, dont la Pologne, mais certainement pas les soviétiques précédemment alliés des nazis.

19 juin : alors qu'elle n'est pas censée décider seule du sort d'EDF, Ségolène Royal, la ministre de l'environnement, annonce sur BFM TV  qu’il n’y aurait pas de hausse des tarifs d’EDF le 1er août. Des personnes bien informées avaient anticipé l'annonce en achetant des produits dérivés en bourse et profitent de la chute de 10% du cours d'EDF. Depuis, au sujet d'une eventuelle enquête pour délit d'initié, c'est le silence radio du coté de l'AMF. 

19 juillet : manifestation de soutien à la Palestine  organisée par diverses organisations de gauche et d'extrême gauche. La manifestation parisienne est interdite par la préfecture de police en raison des risques, mais elle se tient quand même. Des personnalités politiques, pourtant représentantes de l'Etat, comme le maire Europe Ecologie les Verts du IIeme arrondissement, Jacques Boutault, y participent, en dépit de l'interdiction. Le quartier de Barbès, dans le XVIIIeme arr. devient le théâtre de scènes de guérilla urbaine

1er août : lancement de l'opération Barkhane au Sahel par l'armée française.

4 septembre : Thomas Thévenoud, secrétaire d'État au Commerce extérieur, démissionne de son poste pour s'être soustrait au fisc, neuf jours seulement après sa nomination au sein du gouvernement Valls II. Thomas Thévenoud était le chantre de la lutte anti Cahuzac, et pourfendait les entreprises qui pratiquent l'optimisation fiscale (légale). Thévenoud appuyait toutes les hausses d'impots proposées par le gouvernement ou les députés.

20 septembre : lancement de l'opération Chammal, participation française à la coalition en Irak et en Syrie.

28 octobre : le centre ville de Nantes est ravagé par des antifas, en marge d'une manifestation en hommage à Rémi Fraisse. Moins de 10 personnes sont interpellées malgré des dégats pour plus d'un million d'euros.

3 novembre : le parlement crée une surtaxe d'habitation de 20% sur les résidences secondaires.

21 novembre : Kader Arif, secrétaire d'Etat chargé des Anciens combattants et de la Mémoire, démissionne, deux mois après l'ouverture à Toulouse d'une enquête préliminaire sur des marchés publics attribués à plusieurs de ses proches. 

3 décembre : Faouzi Lamdaoui, ancien chef de cabinet de François Hollande lors de la campagne présidentielle, devenu son conseiller "égalité et diversité", démissionne, suite à sa citation en correctionnelle pour des faits d'"abus de biens sociaux", "blanchiment d'abus de biens sociaux" et "faux et usage de faux".
9 décembre : Un rapport du Sénat américain critique très sévèrement les méthodes de torture de la CIA dans le cadre de la guerre contre le terrorisme. Après la publication de ce rapport, le directeur actuel de l'agence de sécurité américaine, John Brennan, qualifie lui-même de «répugnantes» certaines méthodes d'interrogatoire «hors limites». Aucune réaction des médias et politiciens français, si ce n'est pour tomber sur Marine le Pen qui, lors d'une interview, a eu des propos contestables qui semblent rendre hommage à son père. Hollande, qui a déclenché 3 nouvelles guerres pour les Droits de l'Homme, est resté muet, alors que la torture est, parait-il, une atteinte aux Droits de l'Homme.

24 décembre : Yvette Bert, alias "Mamie loto", retraitée de 77 ans qui avait 650 euros par mois de revenus, condamnée à 123 000 euros d'amende pour des lotos caritatifs par la "justice", est décédée. Nous ne l'oublirons pas.

24 décembre : publication du décret d'application de la loi de programmation militaire et notamment de son article 20, qui légalise la Big Brotherisation par les autorités publiques du pays. Nous ne pourrons pas dire que nous ne savions pas.


République exemplaire et France apaisée caractérisent donc aisément 2014 ... 

samedi 20 décembre 2014

Virer Zemmour, typiquement la fausse bonne idée

Alors le syndicat des journalistes a fini par avoir Zemmour ? Deux quotidiens, dans le rouge, alors qu'ils s'adressent aux CSP + de gauche, relaient un communiqué de la très controversée AFP (1).  Le Monde est heureux d'annoncer qu'i-Télé (groupe Canal +) met fin à sa collaboration avec Eric Zemmour (2), idem pour Libération (3). 



Et tout ça pour quoi ? 

Parce que Zemmour a déclaré dans une interview, non pas qu'il voulait déporter 5 millions de musulmans, mais qu'il ne les aime pas car  (4): 

- "Les musulmans ont leur code civil, c'est le Coran"
- "Ils vivent entre eux, dans les périphéries. Les Français ont été obligés de s'en aller"
- "ils ne "donnent pas à [leurs] enfants des prénoms français" (5) (6)
- "ils ne sont pas monogames, 
- "ils ne s’habillent pas à la française"
-" ils ne mangent pas à la française, du fromage par exemple" 
- "ils ne blaguent pas au café"
- "ils ne font pas la cour aux filles".

Bref, ils menaceraient un "mode de vie à la française".

Première question : est ce que les censeurs de Zemmour pensent sérieusement que le priver d'antenne d'iTélé (1% de part de marché dans le meilleur des cas, très loin derrière Next Radio TV (BFM TV (7), RMC ...) et surtout à des années lumières derrière la chaîne YouTube de Dieudonné) changera quoi que ce soit à son audience, lui qui vend son dernier essai, le suicide français, à un niveau record ? Est-ce que cela permettra au ministre des finances, Michel Sapin, pourtant Enarque et franc maçon (8) donc bien connecté et bien mainstream, de vendre plus de livres (9) ? 

Deuxième question : est ce que le fait que Zemmour, comme toute une partie de la communauté juive (10) (11), pense que les musulmans sont inassimilables et dangereux, disqualifie les questions posées, à commencer par celle de la concurrence des droits et valeurs ? Cela fait des années, et d'ailleurs saluons la continuité entre Sarkozy, Hortefeux, Valls, Cazeneuve et Hollande, que les autorités publiques françaises veulent "organiser un islam de France". Où est est ce projet ? Et est-ce que censurer Zemmour fera disparaître la récurrence des faits divers tels que celui concernant ce boulanger de Nice, accusé d'être un mauvais musulman car vendant des babas au rhum et des sandwiches jambon beurre (12) ? 

Troisième question : Zemmour, cela fait des années qu'il insulte les arabes (selon le point de vue des associations arabes anti racistes proches du Parti Socialiste). Pourquoi s'inquiéter maintenant ? Parce que ces mêmes arabes en ont assez d'être trompés par les socialistes et basculent progressivement vers le Front National ? 

En vérité, c'est assez drôle de voir que la sphère bien pensante critique Zemmour sur ce critère du racisme, alors qu'en réalité, l'essayiste n'est qu'une version ultra extrême de l'idéologie officielle française : l'assimilation. Que veut Zemmour ? Il rêve de musulmans qui seraient des français version Amélie Poulain. En effet, il y a un double présupposé dans les propos de Zemmour, à commencer par l'existence d'un mode de vie unique et unifié, à la française, dans lequel faire la rencontre de la bande d'amis, mixte, au café, autour d'un verre de vin et d'une assiette de charcuterie et de fromage, serait l'élément central. Eric Zemmour n'est pas le seul à trop regarder "Plus Belle la Vie". Durant des années, n'a t-on pas officiellement, par le biais de l'école notamment, dit aux immigrés qu'en étant en France, ils abandonnaient leur ancien mode de vie et leur ancienne culture ? L'erreur, c'est de croire que les marseillais, les alsaciens, les bretons, les parisiens ou les béarnais ont le même rapport à ces éléments anthropologiques du mode de vie français que sont le vin ou le fromage. Leur consommation est parfaitement régionalisée, et non pas unifiée sur le plan national. Alors, de quelle intégration à quelle culture française parlons nous ? 

Tiens, l'Alsace et la Champagne Ardennes ne sont pas le même pays !
Poke la réforme des régions

Le second pré supposé de Zemmour, c'est ce mélange gênant entre islam et arabité, le même amalgame essentialiste et raciste que le président Hollande effectue quand il parle de feu le soldat Abel Chennouf, en insultant sa mémoire. Non, tous les arabes ne sont pas musulmans et tous les musulmans ne sont pas arabes. Au contraire, les valeurs que l'on attribue à l'islamisme semblent de plus en pus véhiculées par des convertis récents dont l'histoire était éloignée de celle de l'islam. En fait, on constate que l'islam et ses pratiques culturelles ne sont plus interdites à ceux que les musulmans des banlieues eux-mêmes appellent "les français", c'est à dire les européens blancs. Est-ce le contrecoup du vide idéologique que le laïcisme induit ? 

Bref, Zemmour rêve d'une France unifiée, et il est critiqué pour cela. Les médias ont tort, car il vaudrait mieux un discours critique sur les contradictions de l'intégration et de l'assimilation pour analyser les échecs de ces politiques. 

Mais le plus étonnant est que Zemmour n'ait pas été critiqué auparavant pour une autre partie de son discours, qui est d'autant plus dangereuse que, pour le coup, elle fait consensus. Il s'agit de l’antilibéralisme économique d'Eric Zemmour, qui n'est jamais contredit par un seul journaliste (normal, ils sont d'accord avec lui, en bons socialistes) et dans lequel la plupart des politiciens d’extrême gauche, d’extrême droite, de l'UMP ou du PS se reconnaissent. 
Les libéraux ont commencé ce travail. Gaspard Koenig, le philosophe et militant du Parti Libéral Démocrate, a bien mis en valeur les problèmes du discours Zemmour lors d'un meeting à Londres début novembre 2014 (15). Le rejet du Thatcherisme, sur lequel Eric Zemmour appuie son discours, n'est-il pas largement partagé par les politiciens français de gauche comme de droite ? Manuel Valls rejette le Thatcherisme (16), comme Laurent Wauquiez, Marine le Pen ou Jean-Luc Mélenchon. Ils sont ,sur ce point, d'accord avec Eric Zemmour !
D'ailleurs, Gaspard Koenig l'explique bien : pour Zemmour, une partie du mal français s'explique par «la fin discrète du colbertisme» (17), et ce alors que le poids de l'Etat n'a jamais été aussi important ! 

C'est pourquoi, à l'instar de la vidéo produite par cet internaute, il serait bon qu'on se penche sur l'incapacité de Zemmour à penser la liberté et l'individu en monde ouvert, et qu'on réfute son étatisme. 




Aux propos de Zemmour, opposons des arguments ! Ce n'est pas en le virant d'iTélé que ses idées disparaîtront !
Il semble qu'il n'y ait que les libéraux pour penser que la liberté d'expression et le dialogue soient les meilleurs outils à opposer aux idées protectionnistes et réactionnaires de Zemmour ?


(3) Libération I-Télé met fin à sa collaboration avec Eric Zemmour 19 décembre 2014
(16) BFM TV Manuel Valls: "je ne veux pas d'un projet thatchérien" 14 octobre 2014
(17) Le Figaro Gaspard Koenig raconte son débat avec Eric Zemmour 7 novembre 2014

mercredi 17 décembre 2014

Les #QAG qu'on entendra pas cette après-midi à l'@AssembleeNat

Deux mille milliards d'euros de dette, la note de crédit de la France dégradée, 5 millions de chômeurs, mais que font les politiciens ? 

Certains se déguisent en "vrais gens" de la téléréalité (1), pour "comprendre ce que les français vivent". D'autres, si on en croit la presse people, compteraient fleurette à des journalistes, que ce soit à gauche ou à l'extrême droite gauche du spectre politique.  Enfin, tous se battent sur le nombre de jours durant lesquels les français devraient travailler ... comme si c'était aux politiciens à s'exprimer sur le sujet, et non pas les gens eux-mêmes.

Ils ont pourtant été élus pour accomplir une mission essentielle : être le corps législatif, c'est à dire une des trois composantes du pouvoir, notamment pour voter le budget et contrôler  l'action du gouvernement . Pour cela, ils ont à leur disposition plusieurs outils, notamment les questions au gouvernement. 

Parions cependant sur le fait que les questions au gouvernement suivantes ne seront pas posées aux ministres : 
  • Question pour le Ministre de l'Économie, Emmanuel Macron : vous avez vu, dimanche dernier, à l'instar de 2,8 millions de français (2), l'émission "Zone Interdite" sur M6, consacrée au sujet suivant : Normes, RSI, quand l'administration nous rend fou ! Vous avez également observé lu l'ordonnance en référé du TGi de Nice du 11.12.2014 (3) qui condamne le RSI. Celui ci ne peut justifier de son immatriculation au registre national des mutuelles. Monsieur Macron, allez-vous officiellement demander à la représentation nationale, non seulement qu'elle annule l'alourdissement des sanctions récemment votées contre les assujettis désireux de quitter le RSI, mais qu'en plus elle reconnaisse, en conformité avec la législation européenne, la liberté de choix en matière de protection sociale
  • Question pour le Ministre des Finances, Michel Sapin : la note de la dette de la France vient d'être dégradée (4) par l'une des trois plus grosses agences de notation. Nous n'avons pas vu votre réaction, et de manière plus générale, la presse se demande où vous êtes, et ce que vous faites (5). Monsieur le ministre, où en est la réforme de l'Etat, et son recentrage sur ses seules missions régaliennes, police, justice, armée et diplomatie ?
  • Question pour la Ministre de l'Écologie, Ségolène Royal : vous avez indiqué hier sur BFM TV que  vous souhaitez un gel des tarifs des autoroutes en 2015 (6) et que vous attendez un effort d'un milliard d'euros des sociétés concessionnaires qui pourrait prendre la forme d'une taxe sur leurs bénéfices (en plus de l'impot sur les société + les taxes domaniales, donc), parce que "les tarifs des autoroutes ont trop augmenté par rapport au coût de la vie". Allez-vous, si on suit votre logique, demander une baisse des tarifs de la SNCF, puisque le prix des billets de train a lui aussi augmenté plus vite que le niveau général des prix (7) ? Puisque vous semblez être disposée à voir baisser les tarifs des autoroutes, allez vous demander la baisse de la redevance domaniale (8) ? 
  • Question pour Christian Eckert, secrétaire d'Etat au budget : le gouvernement est en train de mettre en place l’impôt sur la nationalité sans même passer par la case Parlement (9), comme l'avait d'ailleurs déjà mentionné le philosophe et militant du parti Libéral Démocrate Gaspard Koenig (10). De qui vous moquez-vous ? De quel droit modifiez-vous un principe de l’impôt sur le revenu ? Allez-vous respecter la souveraineté, largement bafouée, du parlement en ce qui concerne la fiscalité ? Cette nouvelle philosophie est-elle la contrepartie du cadeau fait aux contribuables situés dans la première tranche ? 
  • Question pour la Ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve : bravo, malgré la mort du jeune manifestant Rémi Fraisse, vous êtes toujours en poste. Vous vous félicitez également du "bon fonctionnement" de la plateforme téléphonique de signalement des djihadistes potentiels, et ce malgré les évidentes limites d'une telle réponse. (11) Avez-vous, sur cette plateforme, reçu des appels concernant certains hypermarchés de région parisienne qui vendent des livres appelant au djihad (12) ? Avez-vous discuté avec votre collègue Fabius, qui proposait, il y a moins de 2 ans, de combattre certains despotes du Moyen Orient en aidant ceux qui allaient devenir les dirigeants de l'Etat Islamique en Irak et au Levant ? Pourquoi surveiller les réseaux sociaux et les français à travers un dispositif qui ridiculise la NSA, alors qu'il suffit d'aller faire ses courses en banlieue parisienne ou d'étudier les options politiques du Quai d'Orsay ? 
  • Question pour le Ministre des Affaires étrangèresLaurent Fabius :  allez-vous proposer une minute de silence pour les 132 enfants de Peshawar assassinés par les talibans (13) ? Estimez-vous que le retrait des forces combattantes françaises d'Afghanistan, précipité par le président Hollande, était une bonne idée ? Ou bien estimez-vous que nous n'avons rien à faire dans la région, et dans ce cas comment conciliez-vous ce point de vue avec la présence française au Mali, au Tchad et en Centrafrique ? 
  • Question pour Sylvia Pinel, ministre du logement : Libération revient sur les questions de deux députés socialistes qui suggèrent de limiter les ventes immobilières qui ne passent par les agences immobilières (14). Allez-vous rejeter une fois pour toute cette idée saugrenue et liberticide ? 
  • Question pour Manuel Valls, premier ministre : votre ministre des relations avec le parlement, Jean-Marie le Guen, ne semble pas être intéressé par une PPL visant, comme le propose l'association Contribuables Associés (15), à rendre inéligible à vie les élus fraudeurs.  Il est vrai que lui même avait été pris la main dans le sac, avec la sous évaluation de son patrimoine. Allez-vous, Mr le Premier Ministre, reprendre cette proposition et bâtir cette république irréprochable sur laquelle vous aviez tant communiqué ? Comprenez-vous que la présence au sein de cette assemblée de délinquants avérés (Jean-Marc Ayrault PS, Sylvie Andrieux ex PS, Patrick Balkany UMP) ou potentiels est une insulte jetée à la face des français qui doivent présenter un casier judiciaire vierge pour un simple poste de vigile ? 

Les députés, de l'opposition comme de la majorité, pourraient poser toutes ces questions, et bien d'autres. Mais non, certains préféreront servir de faire valoir au gouvernement (16), pendant que les ministres préfèreront commenter les interviews d'essayistes d'extrême droite (17). 



(1) Le Figaro D8 ose la première téléréalité politique, Politiques undercover 
(2) Toute la télé M6 : Zone interdite sous les 3 millions avec l’administration qui rend fou 15 décembre 2014
(3) Mouvement des libérés Le MLPS fait condamner le RSI ! 16 décembre 2014
(4) L'Opinion Fitch abaisse la note de la France d'un cran 12 décembre 2014
(5) Le Figaro Mais où est passé Michel Sapin ? 15 décembre 2014
(6) BFM TV Autoroutes: Ségolène Royal veut "un gel des tarifs en 2015" 16 décembre 2014
(7) Libération Les prix du train augmentent bien plus vite que l'inflation 13 janvier 2013
(8) Economie Matin Si les péages augmentent en 2015, c'est à cause d'une taxe d'Etat ! 16 décembre 2014
(9) Atlantico Comment l’air de rien, le gouvernement est en train de mettre en place l’impôt sur la nationalité sans même passer par la case Parlement 17 décembre 2014
(10) Parti Libéral Démocrate La poche des expatriés, nouvel eldorado du fisc 13 décembre 2014
(11) Le Monde Filières djihadistes : les limites de la réponse sécuritaire 17 décembre 2014
(12) Métro Livre prônant le djihad : une polémique mais pas d'interdiction 29 juillet 2014
(13) L'Opinion Massacre dans une école à Peshawar 16 décembre 2014
(14) Libération Le lobby de l’immobilier ne manque pas d’air 16 décembre 2014
(15) Contribuables Associés L'inéligibilité à vie des élus condamnés, une revendication de longue date de Contribuables Associés 25 novembre 2014
(16) Le Point Assemblée nationale : la séance d'autosatisfaction 17 décembre 2014
(17) Le Point Bernard Cazeneuve monte au créneau contre Éric Zemmour 16 décembre 2014



Lire également les précédents épisodes de la série, publiée par Contrepoints 
 : 

mardi 16 décembre 2014

Hollande et l'immigration

On ne peut pas dire que l'hypocrisie étouffe le Président de la République ... Après avoir nommé Manuel Valls au poste de premier ministre, celui qui trouvait qu'il n'y avait pas assez de white, de blancos à Evry, ne voila t-il pas que l'ex maire de Tulle veut donner des gages à son extrême gauche ? 

Tout en sachant qu'il ne se passera rien sur plusieurs points tels que le vote des étrangers extra communautaires, puisqu'il faut une révision constitutionnelle pour cela. Le plan de Hollande : rejeter la faute sur cette méchante drouaaate !

Pendant ce temps, on attend les baisses d'impots, la réforme de l'Etat, des détails quoi ...

lundi 15 décembre 2014

Zone interdite sur M6 : Normes, RSI, quand l'administration nous rend fou !


"C'est l'histoire d'une France qui croule sous la paperasse, qui souffre de milliers de règles, de lois et de normes ubuesques qui paralysent les initiatives et pourrissent la vie des usagers. Une France aux prises avec une bureaucratie toute puissante dont les premières victimes sont les Français. 



Aujourd'hui, 400 000 normes régissent notre vie. Beaucoup sont absurdes et inutiles. Nous les subissons pourtant dans notre quotidien. Et elles nous coûtent cher : environ 600 millions par an. En cause, non seulement les lois mais surtout les multiples décrets, arrêtés et circulaires qui les accompagnent. 

 Pendant un an, les équipes de Zone Interdite ont suivi le combat de ces administrés confrontés aux aberrations de certains services publics. Elles ont sillonné la France à la rencontre de ces Français broyés par la machine administrative. Nous nous sommes aussi intéressés aux six millions de commerçants, artisans ou travailleurs indépendants qui vivent un enfer depuis huit ans, date de la création du RSI, le régime social des indépendants. Ils subissent les dysfonctionnements à répétition de leur régime de Sécurité Sociale qui leur réclame parfois des sommes astronomiques. Conséquences : des dizaines d'entreprises sont poussées à la faillite. Mais certains commerçants ou artisans ont décidé de se révolter. 

La cour des comptes surveille pourtant de près le fonctionnement de nos institutions. Comment travaillent les rapporteurs de la Cour des Comptes ? Quels sont leurs méthodes d'investigation ? Voyage au cœur de la France bureaucrate, celle des commissions inutiles et des agences fantômes, des règlementations contradictoires et coûteuses."

Replay disponible sur le site web http://www.6play.fr/m6#/m6

dimanche 14 décembre 2014

En 1830, les Anglais élisent la France comme "patrie du libéralisme"

Jean-Marc Daniel est revenu sur l'introduction à Wall Street de la start-up Lending Club, dirigée par le français Renaud Laplanche (1). 

Daniel estime qu'on oublie vite que les Français sont assez naturellement ingénieux et dès que les nouvelles technologies apparaissent, ils savent en profiter. Le mot "libéralisme" a même été inventé par Benjamin Constant (2). En 1830, à la mort de ce dernier, les Anglais ont reconnu que le peuple français était le vrai peuple libéral en Europe





(1) L'Opinion Renaud Laplanche, le frenchy qui déchaîne les passions de Wall Street 11 décembre 2014
(2) Wililibéral Benjamin Constant

mercredi 10 décembre 2014

Zaz, Lilly Wood & The Prick, Steve Bug : mes 3 de l’année 2014

L'ami Lyonnais 100 000 V a décidé de prendre le pendant hivernal de la Radio des Blogueurs , ou quoi :-) ? 
En tout cas, il nous fait part de ses découvertes musicales de l'année en donnant son top 3 : La Smala, 20syl et Casseurs Flowters (Orelsan) et invite  le Faucon et Mehdi (de Geek and more) à faire de même. 

Alors, mettons en avant trois découvertes assez différentes de celles que nous proposent 100 000  V


Commençons par Zaz, qui chante "Paris sera toujours Paris". Zaz, à la base, c'est une "artiste engagée", une star du boboland qui, jusqu'à présent collectionnait les codes des artistes qui plaisent à la gauche. Il aura fallu qu'elle réalise, à ses dépends, qu'il ne faut surtout pas réouvrir le dossier de l'histoire de la France entre 1940 et 1944 pour qu'elle devienne intéressante. En effet, ça devient fatiguant d'entendre que quand les nazis ont débarqué, la vie s'est arrêtée et que 40 millions de français ont pris les armes. Non. à coté des combattants, il y a eu des artistes, des politiciens ou des entrepreneurs qui se sont accordés du nouvel ordre. D'ailleurs, la France n'a pas rejeté la période de Vichy puisque aujourd'hui encore, des centaines de lois liberticides, directement issues de cette période, subsistent et sont toujours en vigueur.
Alors, pour avoir ouvert ce dossier tabou et pour chanter Paris, Zaz mérite bien de représenter 2014.




Deuxième proposition, plus consensuelle, la chanson de l'été, Prayer in C, le remix du dj berlinois Robin Schulz d'un titre du duo parisien Lilly Wood & The Prick. Au moment où on déplore, à juste titre, la dégradation des relations franco allemandes, voila de quoi nous rassurer sur l'efficacité des collaborations entre Paris et Berlin !



Enfin, puisqu'on a franchi le Rhin, signalons ce titre du DJ allemand Steve Bug, Those Grooves, qui date de 2012 déjà. Allergique aux musiques électroniques, s'abstenir ! :-) Steve Bug, bien connu des fans de Miss Kittin, a sorti la un de ses meilleurs titres.



Au tour de l'Hérétique, Corto74 et Philippe Herlin de sortir leur top 3 de 2014 ? Pour Philippe Herlin, ce fan de musique classique qui gère le site dj classical music, parions que la date de sortie de son top 3 sera plutot situé entre 1700 et 1800 et que le violon remplacera le Mac Book Air ? ;-)



Sur le même sujet 

Françoise Hardy-VIP et Thorunn-Complicated 11 juillet 2011
Sex Assets and Waste Management-Disco Depression 21 juin 2012
Zazie - 20 Ans 21 juin 2013
Miss Kittin-Maneki Neko et les Plasticines-Blue Jeans 21 juin 2014

Les LGBT sur la voie de la concurrence victimaire ?

Hier soir, France 2 diffusait un reportage intitulé "Homos, la haine". En effet, selon le dernier rapport de l’association SOS Homophobie, les actes homophobes ont augmenté de 78% et les agressions physiques ont doublé en un an.

Comme toutes les atteintes à l'intégrité physique et morale de quiconque, les violences qui touchent les homosexuels sont à déplorer et à punir. 



Cependant, il semble que l'émission "Homos, la haine" n'ait pas su éviter un énorme cliché : penser que les agressions subies par les homosexuels sont forcément des actes homophobes. En effet, quand on lit que d'après Libération, "Homos, la haine" intègre le témoignage de Wilfried, dont la photo du visage tuméfié après une agression avait fait le tour des réseaux sociaux l’an dernier, on comprend que le reportage a une tonalité accusatrice et partisane qui l'éloigne d'un travail explicatif et pertinent. 

Or, on le sait maintenant, Wilfried n'a pas été agressé parce qu'il est gay, mais parce qu'il était juste une personne bien portante, à l'air bobo, et  de type européen, se promenant un soir porte de la Villette. Wilfried n'a pas été agressé par des "LMPT", mais par des racailles "ordinaires", les mêmes qui font que, à tort ou à raison, 11 millions de français (surtout des françaises, d'ailleurs) se sentent en insécurité. Il est à ce titre fort dommage que ce factchecking soit fait uniquement par la fachosphère


Est-ce que la prochaine étape de mobilisation sera, comme le suggère la socialiste parisienne Caroline Mecary, la comparaison entre l'homophobie et l'antisémitisme et l'escalade sur la route de la concurrence victimaire ?  


Notez, il ne s'agirait pas d'un inédit.

D'autres groupes ont décidé de se mobiliser sur une base religieuse ou ethnique, à tel point que même le site web phare de la fachosphère a décidé de poser la question de l'organisation de la communauté blanche de France, en ligne avec les thèses de Zemmour et autres. 

Bref, si le vivre ensemble est encore un objectif de notre pays, alors peut-être serait-il temps que, d'une part, l'une des missions régaliennes de l'Etat, soit assurée correctement et avec justice, et que, d'autre part, le législateur abroge toutes les lois qui donnent lieu à une escalade de revendications communautaristes et victimaires. 

A ce titre, il est comique d'entendre Manuel Valls et les socialistes de la génération SOS Racisme dénoncer les faits et gestes du comique Dieudonné, alors que ce dernier est le fruit des contradictions de cet environnement victimaire. 
La balle est donc dans le camp du gouvernement socialiste, celui qui nous promettait une France apaisée. Evidemment, il est plus facile de faire des amalgames douteux que d'essayer d'analyser les choses rationnellement. Non, il n'y a pas de lien clair entre les manifs anti mariage gay et la hausse de l'homophobie. Les millions de français qui ont manifesté contre la loi Taubira ne sont pas tous prêts à se comporter comme une minorité de gens pour qui, finalement, peu importe le prétexte.


Egalement publié sur Agoravox

mardi 9 décembre 2014

Les #QAG qu'on entendra pas cette après-midi à l'@AssembleeNat


Alerte rouge ! Alors que la France est à 2000 milliards d'euros de dette et que 5 millions de français sont au chômage, la classe politique s'inquiète de savoir si le président Hollande se représentera en 2017, commente la présence de crèches dans telles ou telles villes ou cherche à savoir qui est le plus socialiste  ... Pourtant, et même si l'abstention croissante illustre la défiance grandissante du peuple envers ses élus, ces derniers sont quand même mandatés pour deux missions essentielles : voter le budget, voter les lois et contrôler l'action du gouvernement. 

Entre le vote pour un budget en hausse ET en déficit et la validation de propositions de lois absurdes, il reste quand même le contrôle de l’exécutif, notamment par le biais de la procédure des questions au gouvernement. Suggérons à nos députés de poser les questions suivantes :


Question au Premier ministre : Manuel Valls. Les résistances au projet de loi Macron  (1) proviennent avant tout de votre parti, le Parti Socialiste. Elles prouvent que vous n'avez plus de majorité. Il parait que vous vous voyez au pouvoir jusqu'en 2017. Et si vous suggériez plutôt une dissolution, suivie de votre démission ? 

Question au Ministre de l’Intérieur : Bernard Cazeneuve. Félicitations, vous êtes toujours ministre, et vous n'avez pas démissionné, malgré la mort du jeune manifestant Rémi Fraisse. Votre priorité, après l'affaire de l'agression de Créteil (2), c'est, comme vous l'avez affirmé, la lutte contre le racisme et l'antisémitisme. Pourquoi ne pas élargir votre propos à la lutte contre toutes les violences, y compris contre celles qui touchent les gens lambda comme cette jeune femme  dont les médias n'ont pas parlé, et "violée parce que française (3)" ? Pourquoi donner l'impression que toutes les atteintes à l'intégrité physique des gens ne se valent pas ? Et puisque le racisme est un sujet, allez vous y adjoindre la lutte contre la christianophobie et la germanophobie ? 

Question au Ministre des Affaires étrangères : Laurent Fabius. La SNCF va donc payer des réparations pour son rôle dans la déportation des juifs durant la Seconde Guerre Mondiale, de la France pétainiste vers le IIIeme Reich (4). Cela signifie t-il que la France va revoir sa position sur les réparations demandées par la république d'Haiti pour le rôle de la France dans la traite des noirs (5), sujet que le président Hollande a toujours refusé de considérer, ou bien faut-il estimer que les français de 2014 n'ont pas à devoir payer pour les fautes de leurs ancêtres, qu'il s'agisse de la Shoah ou du commerce triangulaire transatlantique ? L'Etat, qui au passage n'a pas d'argent, va t-il contester cet accord ? 

Question au Ministre de l'Éducation nationale : Najat Belkacem. Les classements relatifs à l'éducation montrent qu'on est de plus en plus mauvais en tout et on est les meilleurs dans l'augmentation des inégalités. Madame Belkacem, à quand la liberté des communautés éducatives plutot que des directives venues d'en haut et qui ne produisent rien de bon en matière d'éducation ? 

Question au Garde des sceaux : Christiane Taubira. On constate, partout dans le monde, un grave recul de la liberté d'expression sur le net (6). La France, qui aime combattre pour les Droits de l'Homme, va t-elle s'exprimer sur le sujet, et regarder sa position sur le sujet, ou bien va t-elle continuer à faire passer des lois qui permettent, par exemple, à des fonctionnaires de lire les mails des citoyens, sans contrôle d'un juge ? 

Question au Ministre des Finances : Michel Sapin. Quand allez-vous cesser de vous moquer du contribuable ? Depuis que Hollande a affirmé qu'il n'y aurait plus de nouveaux impôts, 6 milliards d'euros de prélèvements supplémentaires ont été programmés ou confirmés (7). Les français n'en peuvent plus ! Quand allez-vous entamer la remise à plat de la fiscalité en France ?

Question au Ministère de la Fonction publique : Marylise Lebranchu. La classe politique tente de faire croire que le statut est consubstantiel à notre conception du service public, alors qu'il relève d'une simple contingence historique (8). Madame Lebranchu, à quand une remise en cause du statut des fonctionnaires ? 



Evidemment, ne parlons plus du vote du budget de l'Etat, il semble normal que l'on vote un budget dans lequel on dépense 1,20 euros pour 1 euro de taxes et impôts collectés, sans baisser de 20 centimes la dépense publique ...




(1) L'Opinion Que faut-il attendre du projet de loi Macron ? 8 décembre 2014




lundi 8 décembre 2014

Retraite, Kazakhstan, faut-il être choqué par les dernières frasques de Hollande ?

La future retraite du Président Hollande fait jaser. On apprend que Le chef de l'Etat pourrait cumuler jusqu'à 35.700 euros de pension mensuelle, grâce à sa carrière de fonctionnaire de la Cour des comptes et ses différents mandats d'élu (1).
D'abord, le chef de l'Etat serait à l'Elysée "détaché" de ses fonctions à la Cour des comptes, son corps d'origine, et non pas en disponibilité. Il continuerait donc de cotiser pour sa retraite. A part quelques mois entre 1993 et 1995, François Hollande a toujours été détaché comme élu, et non en disponibilité: il a donc accumulé 32 ans de droits à la retraite à la Cour des comptes, et bénéficierait donc d'une pension de 5.000 euros brut par mois. A cela s'ajoutent ses différentes fonctions locales, qui lui permettront de toucher 6.000 euros mensuels. Ses mandats de députés et eurodéputé lui ouvriront le droit à 6.800 euros supplémentaires, ainsi qu'un bonus de 6.000 euros comme président de la République et 12.000 euros en tant que futur membre du Conseil constitutionnel, lorsqu'il aura quitté ses fonctions de président.


Ce chiffre, l'Elysée le conteste (2) : François Hollande devrait toucher moins de 20.000 euros par mois de retraite. On est rassurés ! Surtout au moment où le Parti Socialiste réclame le fait que le prédécesseur de Hollande renonce à ses avantages de retraite !


Outre sa future retraite, un autre bad buzz atteint le président Hollande : son escapade au Kazakhstan, illustré par cette photo qui circule. 

Ridicule ? Franchement ? 


En fait non. Par contre, significatif, oui. 
Qu'est ce qui est choquant dans le fait que l'ancien conseiller général, maire de Tulle, membre de la cour des comptes bénéficie des prestations retraites, même au prix de contorsions avec la morale (mais pas avec la loi !) auquel il a droit ? 

Et pourquoi se moquer d'une photo ridicule, sachant que les prédécesseurs de Hollande se sont retrouvés dans des situations similaires ? 

Hollande n'est pas critiquable sur ces deux points. Au contraire, il est un excellent reminder de ce qu'est la réalité du monde politique UMPS et ses deux Fronts (de Gauche ou National) :  le contribuable et le citoyen est assez fou pour confier du pouvoir à des gens pour qui la fin justifie tout. 
Le problème n'est pas Hollande. Il n'est que le top, le modèle le plus abouti de la caste des 500 (3), ces fonctionnaires cumulards qui vivent à 100% de l'argent public et entretiennent un réseau d'obligés. Le problème, c'est donc l'existence de ces cumulards qui, pour conserver le pouvoir, n'hésitent pas à dire noir après qu'ils aient dit blanc, sans sourciller. 

La vraie question, ce n'est pas de savoir si Hollande aurait du se faire photographier de la sorte. La vraie question, celle que les médias n'ont pas posé, c'est de savoir si celui qui, en 2011, était chef du Parti Socialiste, le principal parti d'opposition alors, a eu raison d'aller visiter le dictateur Kazakh, alors que le Parti Socialiste avait critiqué les initiatives diplomatiques de Sarkozy sur cette même question Kazakh. 


Souvenez-vous ! Fut un temps où le PS pensait que la France ne devait pas discuter avec des dictateurs. 
Voila le crime de Hollande, celui de nous imposer son doublethink, et à nos frais bien sur. Si nous voulons le retour de la cohérence et du juste en politique, il nous faut bien plus combattre le système qui permet à des Hollande d'émerger et de se maintenir ou à des Parti Socialiste de pouvoir dire tout et son contraire, plutôt que de se moquer du président Hollande, au moins sur ces deux points précis. 







mercredi 3 décembre 2014

Hollande et le Parti Socialiste méritent décidément le Prix Nobel d'économie

Vous connaissez la courbe de Laffer ?




Elle montre qu'au-delà d'un certain seuil de prélèvement fiscal, plus la pression fiscale augmente, plus les recettes fiscales diminuent, en raison de l'effet désincitatif sur l'offre de travail ; les mêmes recettes fiscales auraient été plus élevées avec des taux d'imposition plus bas. Elle est résumée par la formule trop d'impôt tue l'impôt. 

Jusqu'à présent, elle était empirique. Mais grâce au président Hollande et à sa politique fiscale, qui fut, rappelons le, préparé par le tapis de bombes fiscales de son prédécesseur, elle est enfin démontrée. Oui, quand on taxe trop, les recettes ne sont pas au rendez-vous.




Les députés qui, en ce moment, votent le collectif budgétaire, auront beau chercher, tant qu'ils ne regarderont pas la réalité, ils ne trouveront pas. 
La réalité, c'est que malgré l'existence d'un mur de Berlin fiscal (bati aussi bien par la gauche que par la "droite", rappelez-vous l'exit tax de François Fillon et Nicolas Sarkozy), ceux qui ont les moyens financiers, techniques ou pratiques de travailler moins et de consommer moins ou autrement le font, de manière légale (jardinage plutôt qu'achat de fruits et légumes au marché, professions libérales qui diminuent leurs heures, par exemple) ou illégale (travail au noir, fraude).



Souvenons-nous ! Nous sommes dans un pays où même les députés pensent qu'il y a trop de taxes, trop d’impôts ! Ce ne sont pas Balkany ou Thévenoud qui démentiront ! Surtout, qu'on ne vienne pas nous parler de consentement à l'impot. Pour 84% des Français, l’État gaspille l’argent des impôts ! 

Il y a aussi tous ces français qui s'organisent en dehors des circuits identifiés par l'Etat, pas pour frauder à la base, mais parce que le pays change, ce qui chagrine Bercy. Pourquoi pensez vous que la député socialiste Sylviane Bulteau ose penser que les sites web comme le Bon Coin ou PAP créent un "manque à gagner" pour l'Etat ? 

Bref, bravo au Parti Socialiste, qui, décidément, mérite ce prix Nobel d'économie, pour avoir démontrer non seulement l'équivalence ricardienne mais aussi et surtout la courbe de Laffer !

Et puis sinon, la remise à plat de la fiscalité promise par Ayrault, on l'aborde quand ?