lundi 17 décembre 2012

"Dumping" fiscal Belge : balayons devant notre porte

Chers et chers soldats de ce pays en guerre qu'est la France, 

vous avez lu ce week end la violence des réactions des ministres qui sont venus à la rescousse de Jean-Marc Ayrault : elles sont terribles par ce qu'elles traduisent de la conception de l'économie et du vivre ensemble selon le Parti Socialiste. Comme le dit la Tribune, La lettre de Depardieu à Ayrault scandalise le gouvernement : 
Michel Sapin (Normale Sup, ENA, Grand Orient de France, membre du club le Siècle) voit dans la décision de l'acteur de rendre son passeport "une forme de déchéance personnelle". 
Aurélie Filippetti  (Normale Sup) pense que "la citoyenneté française c'est un honneur, ce sont des droits et des devoirs aussi, parmi lesquels le fait de pouvoir payer l'impôt" et affirme que "quand on abandonne le navire, quand on déserte, car nous sommes en guerre économique, on ne vient pas en plus donner des leçons de morale aux autres".

Les choses sont très claires pour ces hiérarques socialistes : la France est une bergerie, les français sont du bétail et le gouvernement est le bon berger qui lui seul sait ce qui est bon pour les montons-tribuables. La réalité est la : le berger a inventé le mythe du renard, pour qu'il soit le seul à manier le couteau et à décider où et quand égorger tel ou tel mouton.
Nous l'avons écrit à plusieurs reprises : il est cohérent et logique que les socialistes entrent dans une démarche nationaliste. Il ne peut y avoir de socialisme en économie ouverte. 

voir 

Pourtant, sommes-nous, en tant que français, si bien placés pour donner des leçons ? 

Non, bien sur. Ce que nous appelons dumping fiscal n'est que la conséquence de la liberté qu'ont nos partenaires Européens de faire leurs propres choix fiscaux, tout comme en France, nous faisons les nôtres.

On peut, comme les socialistes, fantasmer un monde où chaque pays serait aligné sur la France et où il y aurait deux sortes de Nations : celles, d'une part, qui taxeraient plus et auraient donc l'obligeance d'être fiscalement moins compétitives que nous, et celles d'autres part, qui taxeraient moins et auraient donc l'outrecuidance d'être fiscalement plus compétitives que nous.

Or, en l'absence de flat tax, ça n'est pas si simple. L'entrepreneur qui se débrouille bien peut vivre en France, paradis fiscal. Vous ne voulez pas être taxé pendant 5 ans ? Il y a les Zones Franches Urbaines ou les Zones de Revitalisation Rurale. Vous ne voulez pas payer le prix de vos investissements ? Faites comme Amazon, appelez Montebourg et promettez de vous installer dans une circonscription socialiste en créant beaucoup d'emplois. Vous ne voulez pas payer trop de charges sociales ? Recrutez des stagiaires. Votre ISF est un peu élevé ? Investissez aux Antilles ! Etc Etc.

Jamais il ne viendrait à l'esprit que le SMIC français, plus bas que celui du Luxembourg, est une forme de dumping social des français vis-à-vis de nos voisins du Grand Duché de Luxembourg. Mais jamais il ne viendrait non plus à l'esprit du gouvernement de dire que la Corse fait du dumping non seulement par rapport à la Sardaigne mais aussi par rapport aux 21 autres régions métropolitaines françaises. Alors pourquoi nos voisins n'auraient-ils pas le droit de faire ce que nous faisons ? 

Comme Ordre Spontané, soyons solidaires, non pas de Depardieu, ce n'est pas le personnage qui est en cause, mais de la démarche de Depardieu, un exil qui n'est pas que fiscal, note Authueil. 
Et reprenons les mots du Parti Libéral Démocrate : "Le pouvoir politique, extrapolant son rôle légitime dans un régime démocratique, s'imagine propriétaire des coeurs et des passeports de ses concitoyens. Il est temps de lui rappeler que les libertés individuelles (de mouvement, de propriété...) sont au fondement de notre République".

En attendant que Le gouvernement le plus socialiste depuis 1794, dixit Franck Boizard revoit sa logique fiscale, rejoignez tous le groupe Facebook "Soutien à Gérard Depardieu". Le gouvernement socialiste a un peu de mal à comprendre le monde dans lequel on vit ? Qu'il lise "la grève", d'Ayn Rand, et qu'il consulte Arthur Laffer

ZeroHedge a lu Atlas Shrugged. Et Bercy ? 

1 commentaire:

  1. Robert Marchenoir31 décembre 2012 17:31

    Dans cet ordre d'idées, on pourrait aussi dire que la France fait du dumping salarial par rapport à la Suisse, et à ses salaires deux ou trois fois plus élevés.

    En somme, la France est "ultra-libérale" quand ça l'arrange.

    L'attitude officielle vis-à-vis de Depardieu est soviétique. Franchement, je ne vois pas quel autre pays opprime ses citoyens de cette façon.

    En dehors, bien entendu, de pays comme Cuba, la Corée du Nord, l'Iran peut-être...

    Même la Russie est moins communiste que la France à cet égard, il me semble. Les milliardaires russes ne subissent pas des pressions pour les empêcher de s'installer à l'étranger, je crois.

    RépondreSupprimer